Quatrième licence mobile : l’ARCEP veut trancher sur le dossier Free Mobile avant Noël

Cloud

Actuellement, l’autorité de régulation des télécoms mène une “intruction au fond “du dossier Free Mobile. L’ARCEP réfute les “risques de déstabilisation” du marché mobile.

Dans la procédure d’attribution de la quatrième licence 3G, le groupe Iliad/Free saura-t-il fixé sur son sort dès le 17 décembre comme le suggère Le Figaro ?

A l’occasion de son intervention au Digiworld Summit de l’Idate à Montpellier (Hérault), Jean-Ludovic Silicani, Président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), n’a pas confirmé cette échéance. Néanmoins, la décision serait prise “avant Noël”.

En l’état actuel, l’ARCEP procède à une “instruction au fond” de l’unique dossier déposé dans le cadre de cette procédure d’attribution et qui a été jugé “recevable”: Free Mobile.

Jean-Ludovic Silicani a réfuté le point de vue selon lequel la quatrième licence mobile a été “bradée” et nuance les risques de déstabilisation du marché mobile. Un épouvantail secoué par les opérateurs mobiles en place.

Même si Free annonce qu’il pourrait capter 25% de part de marché s’il décroche la fameuse licence, Jean-Ludovic Silicani estime qu’un nouvel entrant “ne devrait pas déstabiliser le marché mobile car les opérateurs en place sont solides.”

En 2008, Orange dispose d’une part de marché d’environ 44%, contre 33% pour SFR et 17% pour Bouygues Telecom. Les opérateurs moibiles virtuels (MVNO) comme Virgin Mobile accaparant une part de marché globale de presque 6%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur