Quatrième licence : Paul Champsaur (Arcep) encourage les candidatures de Free et de Numericable

Mobilité

Dans un entretien avec Les Echos, le président de l’Arcep revient sur les sujets brûlant du monde des télécommunications : quatrième licence et fibre optique.

“Free et Numericable doivent être présents dans le mobile pour pouvoir faire des offres convergentes”. Alors que Paul Champsaur tire sa révérence de la présidence de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), fin de mandat oblige, il réaffirme dans un entretien publié dans Les Echos ce matin, l’importance de l’attribution d’une quatrième licence 3G mais.

Mais pas sous n’importe qu’elle condition car selon lui, “à l’avenir, la concurrence se fera entre opérateurs intégrés fixe-mobile”. Il rappelle notamment que la France est le seul pays en Europe où l’on ne compte que trois opérateurs de téléphonie mobile. Au-delà de favoriser la concurrence, Paul Champsaur voit également dans l’attribution de la quatrième licence un moyen d’inciter les opérateurs à investir.

Récemment, Franck Esser dans Le Figaro et Martin Bouygues dans Les Echos exprimait leur réticence à cette mesure. Le premier argumentait, en novembre, qu’un quatrième opérateur ne fera pas baisser les prix et n’apportera pas plus d’innovation sur ce secteur. Il y a quelques jours de cela, le second s’opposait catégoriquement à l’attribution de la quatrième licence 3G et d’autant plus à la candidature de Free.

Des désaccords à résoudre aussi pour le déploiement de la fibre optique

Paul Champsaur aborde également l’autre grand sujet qui préoccupe les acteurs du secteur des télécommunications : le déploiement de la fibre optique. Et là encore, le président de l’Arcep est de l’avis de Free. “A priori, l’idée de placer plusieurs fibres dans un immeuble pour que chaque opérateur ait directement accès au client final semble être une solution de compromis. Elle donne le maximum de liberté à tout le monde pour un surcoût qui apparaît limité. C’est d’ailleurs le choix technique qui vient d’être retenu par l’opérateur historique helvétique Swisscom”, explique-t-il.

La semaine dernière, Eric Besson, secrétaire d’Etat au Développement de l’économie numérique a annoncé la création d’un comité de pilotage sous le contrôle de l’Arcep pour tenter de résoudre les désaccords entre les opérateurs sur la manière de déployer la fibre optique et ainsi d’apporter le très haut débit à un maximum de foyers.

“Ce n’est pas simple car tous les acteurs avancent avec beaucoup d’arrière-pensées qui ne sont pas toutes technologiques”, affirme Paul Champsaur qui espère par ailleurs que les expérimentations techniques qui seront menées au sein du comité de pilotage permettront de “faire sauter les verrous dans le semestre qui vient“.

Free quitte la Fédération française des télécoms
En fait, le fournisseur d’accès Internet, a annoncé qu’il ne renouvellera pas son adhésion à la fédération créée en 2007 dans le but de représenter et de défendre les intérêts des acteurs du secteur. “Les conditions actuelles de concurrence rendent difficiles l’expression de positions communes sur des sujets structurants”, a déclaré Iliad/Free à l’Agence France presse.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur