Quelle récession pour la Pomme ?

Cloud

A mesure que les jours passent, le spectre de la récession approche doucement des côtes américaines. Les atteindra-t-il ou non ? Les économistes croisent les doigts en touchant du bois ! Mais pour Apple, que signifierait un grave retournement de tendance ?

Branle-bas de combat outre-Atlantique : de nombreux indicateurs tendent à montrer qu’un ralentissement brutal de la croissance américaine pourrait se produire dans les tout prochains mois. Ce n’est toutefois pas l’avis de tous les spécialistes, puisque certains considèrent qu’un rebond du Nasdaq et la baisse générale des prix de l’énergie devraient relancer la consommation américaine. Mais si ce n’était pas le cas, comment Apple en serait-elle affectée ?

Des atouts pour Apple en 2001

Si la tendance économique pour 2001 allait à la récession aux Etats-Unis, le mouvement toucherait également indubitablement le Japon et l’Asie-Pacifique à sa suite. La consommation en serait bien évidemment ralentie d’autant. Dans un tel contexte, on assiste généralement à un étalement des achats d’essai et des ré-achats. Les premiers amènent une nouvelle population à un produit, les seconds touchent les clients “loyaux” se rééquipant. Dans le cas d’Apple, l’année 2001 est assez intéressante, car son marché voit la convergence de plusieurs facteurs incitateurs : la hausse de fréquence des processeurs qu’elle utilise, après 18 mois d’attente, le renouvellement des gammes de produits offerts à des prix attractifs ou avec des offres de valeur très intéressantes (tel le PowerBook G4 ou l’iBook), l’apparition de logiciels “maison” enrichissant l’offre sans coût supplémentaire

(iMovie, iDVD,…), et enfin, le lancement d’une “killer-application” (une application incontournable) : MacOS X (voir édition du 22 décembre 2000).

Ces offres suivent une autre conjonction qui a grevé les résultats (mauvaise composition des gammes, produits vieillissants, processeurs en paliers, allongement des délais de lancement de MacOS X…). Le nouveau rendez-vous donné par Apple est bien sûr à double tranchant. Si MacOS X est bien accueilli, l’adoption du logiciel induira de lui-même un renouvellement d’une partie du parc des aficionados et favorisera une acquisition logicielle, en même temps qu’il suscitera un appel d’air amenant de nouveaux utilisateurs “instruits” (capable de percevoir l’apport de valeur, ou simplement attirés par l’intégration complète du produit) au Mac. Des achats d’essai seront alors couplés à des achats de rééquipement. Le cumul des deux n’étant pas négligeable.

La récession au secours d’Apple ?

L’impulsion de la part des utilisateurs expérimentés devrait en fait être lourde, en raison du report d’achats de renouvellement induit par l’attente du nouvel OS durant l’année 2000. L’effet de la récession ne sera alors qu’un ralentisseur de cette tendance, dont Apple pourrait même avoir besoin. La firme est en effet connue pour ne pas être en mesure de pouvoir satisfaire une demande trop forte. Un problème qui serait accentué par la pénurie des PowerPC G4 de Motorola. Situation surprenante ou pour ne pas louper des ventes, une société compterait sur le ralentissement économique !

Si en revanche l’adoption de MacOS X est moins enthousiaste, la récession risque de peser lourdement sur les comptes d’Apple. Le rééquipement des aficionados ne se justifiera pas autant que dans le premier cas de figure et les achats d’essai ne connaîtront pas de nouvelle impulsion lourde due aux effets d’entraînement. Dans tous les cas de figure, récession ou pas, l’année 2001 risque fort de se présenter comme une année 2000 inversée pour Apple : un début d’année (6 mois jusqu’à MacWorld New York) plutôt peu actif, à l’instar des 6 derniers mois, et une fin d’année beaucoup plus vigoureuse. Reste à connaître le niveau de cette vigueur. Avec une récession aux Etats-Unis et un mauvais accueil du nouveau logiciel système, la firme de Cupertino pourrait être plus touchée que les autres sociétés du secteur, ne parvenant pas à ses objectifs. Sans récession, elle peut connaître une année faste sur ses 6 derniers mois, débouchant même sur une année 2002 où toutes les sociétés de l’univers Apple éprouveraient une frénésie d’achats liée au phénomène MacOS X (voir édition du 9 janvier 2001). C’est évidemment plutôt ce scénario qu’on peut lui souhaiter…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur