Qui se cache derrière Cyber-Comm ?

Mobilité

Une dizaine de groupes bancaires a investi dans Cyber-Comm pour participer au lancement du paiement sécurisé par cartes à puce.

Votre banque pourra-t-elle vous proposer un lecteur Cyber-Comm pour payer vos achats en ligne ? Il faut savoir que seuls 20 000 appareils seront disponibles à la mi-avril, si bien que tout le monde ne sera pas servi. Surtout, les organismes prioritaires seront les groupes bancaires actionnaires de Cyber-Comm. On y trouve BNP-Paribas, le groupe Carte Bleue, CB Investissements (Cartes Bancaires), CCBP (Banques Populaires), CENCEP (Caisses d’épargne), CMPE (Crédit Mutuel), CNCA (Crédit Agricole), le Crédit Lyonnais, ParisBourse SA, Société Générale Sofipost, Visa Electronic Commerce et MasterCard. Chacun devrait pouvoir fournir environ 2 000 terminaux, et reste libre de choisir sa politique commerciale.

Enfin, le consortium rassemble des industriels spécialistes du paiement bancaire comme Alcatel, Europay, Gemplus et Oberthur Smart Cards, sans oublier le partenaire technique CAP Gemini. Le cercle est d’ailleurs ouvert, avec une augmentation de capital prévue à l’automne.

On remarque donc, qu’à part Visa et MasterCard incontournables dans le domaine de la carte bancaire, les partenaires sont tous français. Malgré leur stature internationale, on a de quoi se demander s’ils pourront facilement pousser le standard Cyber-Comm hors de nos frontières. Le déploiement risque de prendre du temps. Un coup de pouce pourrait être donné par l’ouverture au domaine public des derniers brevets protégeant la technologie de la carte à puce inventée par Roland Moreno. De quoi inciter les autres pays, qui ne seraient plus obligés de payer des droits d’utilisation, d’adopter eux-aussi un tel mode de paiement.

Pour en savoir plus : Cyber-Comm


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur