Qui veut acquérir Salesforce.com ? En théorie presque tous les géants de l’IT…

EntrepriseFusions-acquisitions
salesforce-qui-veut-acquerir

Salesforce étudierait des scénarios de rapprochement. Jusqu’à la vente ? La liste des prétendants est courte dans ce cas. Car on joue dans la cour des grands. Oracle semble favori.

Qui voudrait acquérir Salesforce.com ? Presque tout les géants de l’IT…Mais Oracle semble favori.

La firme californienne de Marc Benioff, spécialiste des solutions de gestion de la relation client dans le cloud (et au-delà), aurait été approchée en vue d’un rapprochement.

Selon Bloomberg, Salesforce.com a fait appel à des banques d’affaires pour le conseiller pour étudier les éventuelles opportunités dans ce sens.

Mais qui avance dans l’ombre ? Tout n’est qu’affaire de spéculations pour le moment. On ignore quel acteur IT avance discrètement ses pions pour aborder l’éditeur qui a historiquement marqué les esprits avec son slogan “No Software”…

Mais la Bourse est sensible aux rumeurs : l’action de Salesforce.com a bondi de 11,6 % à 74,65 dollars mercredi soir à la Bourse de New York, souligne Silicon.fr.

Les potentiels prétendants ne manquent pas parmi les géants de l’IT car il faut disposer de solides assises financières car Salesforce.com est valorisé…49 milliards de dollars. Forcément, la liste des acquéreurs potentiels se resserre.

Mais Oracle semble sortir du lot. La firme, historiquement dirigée par Larry Ellison (depuis il a pris un peu de recul), avait du mal à croire à l’essor du cloud, à l’inverse de Salesforce qui en fait son terrain de prédilection.

Depuis, les deux sociétés américaines ont scellé une alliance technologique en juin 2013 qui doit s’étaler sur neuf ans. Mais cela pourrait aller plus loin.

Toujours selon Bloomberg, Oracle aurait engagé un processus de financement visant à lever 10 milliards de dollars via l’émission d’obligations. Une opération qui pourrait servir à réaliser une grosse acquisition…Suivez mon regard.

Mais l’offensive n’a pas été déclenchée…Il n’est pas évident que Marc Benioff, CEO de Salesforce, soit subjugué par l’idée de ce rapprochement…

Lui aussi, il a fait grossir Salesforce à coup d’opérations de croissance externe comme ExactTarget (avalé en 2013 pour 4,2 milliards de dollars…).

L’hypothèse d’une OPA n’est pas exclue…Sachant qu’Oracle dispose d’une trésorerie de 43,8 milliards de dollars et affiche une dette de 32,3 milliards.

Pourrait-on imaginer un nouvel assaut sauce Sun Microsystems qui avait été épique dans la période 2009 – 2010 (un deal à 7,4 milliards de dollars à l’époque) ?

Restons calmes : les signaux demeurent faibles en l’état actuel. Mais les groupes IT susceptibles de convoiter Salesforce ne manquent pas en fait.

Business Insider les a tous passés en revue : IBM, HP, Microsoft – ou pourquoi pas SAP – pourraient envisager ce type de méga-deal.

On pourrait l’imaginer frôler l’hérésie avec un scénario alternatif : Salesforce poursuit sa croissance soutenue au point d’acquérir à long terme…Oracle.

Le pure player qui avalerait le mammouth de l’IT. Là, c’est vraiment osé.

(Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : Peshkova)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur