QuickTime confronté aux enjeux du ‘streaming’

Cloud

Les enjeux de la diffusion audio/vidéo sur le Web sont énormes. Apple l’a compris depuis longtemps avec son format QuickTime, une référence dans le domaine. La deuxième édition de la conférence traitant de la diffusion est prévue pour octobre.

La firme à la Pomme vient d’annoncer la deuxième session de la conférence QuickTime Live!, dont l’objectif est, bien sûr, de faire connaître sa technologie auprès des programmeurs et des développeurs de contenus. Cette conférence se tiendra du 9 au 12 octobre prochain. Tout ceci se passe dans une ambiance “bon enfant”. Mais chacun connaît les enjeux sous-jacents : demain la technologie de la diffusion multimédia devrait permettre de faire passer tous les contenus par Internet, même la télévision. Les rémunérations des acteurs menant le secteur deviendront alors colossales. Et il y a de gros sous à faire sur la distribution de contenu multimédia : les analystes prévoient que le marché (78 millions de dollars cette année) atteindra 2,5 milliards de dollars (près de 17 milliards de francs) en 2004.

La technologie d’Apple QuickTime est un des standards utilisés pour la diffusion audio et vidéo sur l’Internet : plus de 50 millions de copies du lecteur QuickTime ont été distribuées. Ce lecteur permet entre autres choses de disposer de QuickTime TV, des “chaînes TV QuickTime”, une quarantaine au total, qui diffusent de la musique, du sport, de l’information…

Cette stratégie lui permet de se prévaloir d’une position de leader de son format. Selon une étude Nielsen/NetRatings, le site QuickTime d’Apple est le premier site de diffusion de bandes annonces sur le Web. Il est épaulé en cela par la société Akamai, dont la technologie permet d’accélérer l’accès aux contenus multimédias.

Les stratégies employées par les différents intervenants ne sont pas similaires : si Apple propose gratuitement sa solution de diffusion, son lecteur aux fonctions de base (QuickTime Player) et vend un lecteur professionnel (QuickTime Pro) en espérant se rémunérer sur l’acquisition de machines par ses clients, RealNetworks en revanche distribue des licences de diffusion aux sociétés et aux sites qui désirent utiliser son format et vend les versions élaborées des lecteurs Real. Ce qui n’a pas empêché les deux firmes de former une alliance la semaine dernière (voir nos actualités du 13 juin 2000).

Mais on peut compter aussi sur le format de Microsoft, avec son “Media Player”. La réponse du berger à la bergère ne s’est d’ailleurs pas faite attendre :

Digital Island, Compaq, Intel et Microsoft ont annoncé cette semaine, la création d’un réseau de diffusion de haute capacité. Ce réseau diffusera exclusivement aux formats de Microsoft (disponibles sur Windows Media). Digital Island propose une technologie de livraison de média qui accepte déjà les formats de RealNetworks et d’Apple sur des serveurs de Sun Microsystems.

Microsoft, gêné par le fait que les serveurs de Sun, très utilisés sur le Web, n’acceptent pas son format audio/vidéo, contourne le problème en s’appuyant sur les machines de Compaq. 8 000 serveurs du Texan vont être intégrés au réseau de Digital Island dans les deux ans à venir. La bataille du streaming ne fait que commencer.

Pour en savoir plus :

* Site QuickTime

* Akamai

* Digital Island

* Real Networks


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur