QuickTime en route pour la gloire ?

Mobilité

La technologie de la firme à la Pomme fêtait ses dix ans dimanche 2 décembre. La version 5 du lecteur QuickTime devrait atteindre les 100 millions d’exemplaires distribués en un an d’existence, au rythme actuel des téléchargements : 1 million tous les trois jours. La stratégie actuelle d’Apple pour QuickTime repose sur l’adoption généralisée du nouveau format MPEG dit de quatrième génération, défini sur la technologie de la firme.

QuickTime est-il en train de changer la donne dans le domaine des contenus numériques de l’Internet ? C’est la question de fond qui se pose à l’occasion du dixième anniversaire de la technologie d’Apple, dont 1 million de lecteurs sont téléchargés tous les trois jours. La version 5 devrait atteindre les 100 millions d’exemplaires distribués en un an d’existence, soit près de 20 % du parc d’ordinateurs installés. Presque 90 % des téléchargements sont destinés à des PC. Le lecteur QuickTime ne représente pourtant pas la part la plus importante des lecteurs multimédias utilisés sur le Web. Mais si jusqu’à aujourd’hui, la bataille pour la distribution de ces lecteurs s’est concentrée sur l’affrontement entre trois formats dits propriétaires (voir édition du 22 juin 2000), Windows Media Player, Real et QuickTime, la recherche d’un format ouvert pour l’industrie devrait voir évoluer l’appréhension du marché : “Le jeu est en train de changer énormément avec MPEG 4. (?) Avec ce format, les acteurs sont des sociétés comme Philips, Erickson, Nokia, et tous les gens qui ont un intérêt à voir les formats évoluer pour qu’ils ne les lient pas à un format en particulier et ainsi spécifiquement à une société. C’est la définition d’un standard industriel ? qui n’est la propriété de personne et qui évoluera librement et de manière équitable. Pour Apple, le gros avantage est qu’il est basé sur notre format de fichier, de sorte que tout ce qui se passera dans ce secteur sera compatible. Nous ne le contrôlons pas, mais nous sommes compatibles avec, par définition”, a indiqué Franck Casanova, directeur du marketing produit QuickTime à nos confrères de MacCentral.

Un gros avantage pour Apple

Le format MPEG-4 a été conçu par l’International Organization for Standardization (ISO) à partir de la technologie QuickTime, choisie voici quelques années pour ses qualités de diffusion sur l’Internet. Le format est spécifiquement défini pour une utilisation sur le Web, alors que MPEG-1 avait été conçu pour les CD-ROM et que MPEG-2 s’arroge le domaine des DVD. Ces deux formats ne sont pas adaptés à une utilisation sur le Net car ils nécessitent une bande passante importante. Pour ces raisons et parce que les services à valeur ajoutée ne seront pas uniquement destinés aux ordinateurs mais également, à terme, aux appareils électroniques nomades, le format MPEG-4, ouvert et libre, est amené à prendre la relève des formats propriétaires de Microsoft, Real Networks et Apple. La bataille pour la diffusion des contenus multimédias risque de prendre une toute autre tournure si les donneurs d’ordres imposent l’utilisation du standard industriel : ni Microsoft, ni Real Networks ne se sont positionnés fermement sur l’adoption du MPEG-4. “L’ADN de MPEG-4 et de QuickTime est le même – ceci donne à Apple un avantage énorme”, indique Franck Casanova. QuickTime est généralement considéré comme la technologie de référence du domaine, que ce soit par l’industrie cinématographique ou musicale. Le site Apple de bandes-annonces tient le haut du pavé dans ce contexte. “Même les gens de RealNetworks vous diront que la plupart des contenus vidéo qu’ils distribuent sur leurs serveurs ont été à un moment donnés au format QuickTime et qu’ils l’ont codé à leur format”, souligne-t-il. La technologie d’Apple va-t-elle enfin faire des émules par adoption de MPEG-4 ? Les succès des MPEG-1 et 2 pourrait le laisser croire…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur