Quora en français : une réponse à la question de l’expansion européenne

MarketingSocial Media
3 0

Quora ouvre une liste d’attente pour tester une version française de sa plate-forme participative de questions-réponses. L’allemand et l’italien suivront.

Les questions-réponses en français auront bientôt droit de cité sur Quora.

Une liste d’attente a été mise en place pour tester une première version bêta de la plate-forme participative dans la langue de Molière.

Que ce soit la politique de confidentialité ou les CGU, peu d’éléments sont traduits en l’état. Quant au blog, il est encore vide. Quora a toutefois trouvé sa phrase d’accroche, se présentant comme « un lieu pour partager le savoir et mieux comprendre le monde ».

La localisation linguistique du service s’accélère : l’automne 2016 avait marqué l’ouverture d’une déclinaison en langue espagnole ; et l’année 2017 devrait marquer la disponibilité de la plate-forme en allemand ainsi qu’en italien.

quora-francais

Un ex-futur Twitter

Pressenti, à ses débuts, comme le nouveau Twitter, également capable de faire de l’ombre à Facebook, Quora avait levé, entre 2010 et 2014, plus de 140 millions de dollars avec le concours de business angels de renom (Keith Rabois, Benjamin Ling, Peter Thiel,..) et de pointures du capital-investissement dans la Silicon Valley (North Bridge Ventures Partners, Benchmark, SV Angel…).

Sa courbe d’audience n’a pas connu la croissance escomptée. Au dernier pointage officiel (réalisé au printemps 2016, six ans après le lancement de la première bêta*), le compteur en est à 100 millions de visiteurs uniques par mois. La monétisation n’avait réellement débuté qu’à cette période avec l’arrivée de la publicité.

Pour se distinguer, sur ce segment des « moteurs de connaissance », face à des acteurs généralistes tels que Yahoo Answers et Ask.com ou plus spécialisés à l’image de Skiller en France, Quora a récemment fait la jonction avec les assistants domestiques Google Home et Amazon Echo. Parmi les fonctions introduites ces dernières années, l’une permet à des « parties intéressées » de rémunérer les membres qui fourniront la meilleure réponse publique à une question.

Du bilan 2016 de la plate-forme ressortent cinq thématiques fortes : Donald Trump, le Brexit, l’intelligence artificielle, Pokémon et les Jeux olympiques. On est proche de la rétrospective dressée par Facebook, qu’un utilisateur se plaisait à décrire, en 2013, comme « une grande ville pleine de paillettes et de quête de reconnaissance du public », par opposition à Quora, présenté comme « un village calme et joyeux fait d’intellectuels et de disciples ».

* La société a été fondée en 2009 par deux anciens de Facebook : Adam d’Angelo (directeur technique) et Charlie Cheever (à l’origine de Facebook Connect et Facebook Platform).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur