Rachat de Télé 2 par SFR : la Commission européenne reste sur le qui-vive

Mobilité

Bruxelles lance une enquête approfondie sur cette opération. Pour SFR, cela
ne remet pas en cause le lancement de son offre ADSL en avril.

La réponse devait tomber le 19 mars. Il faudra attendre encore pour savoir si la Commission européenne valide, ou non, l’acquisition des activités téléphonie fixe et ADSL de l’opérateur Télé2 France racheté par SFR annoncée en octobre 2006 pour un montant de 354 millions d’euros. Dans la journée de mardi 20 mars, Bruxelles a en effet qu’une enquête approfondie sur cette opération de croissance externe menée par l’opérateur mobile allait être ouverte.

Bruxelles craint en effet que la fusion porte un impact négatif sur la concurrence dans le secteur de la télévision payante en France. SFR est détenu pour 56 % par Vivendi également maison-mère du groupe Canal Plus et pour 44 % par l’opérateur mondiale de téléphonie Vodafone d’origine britannique. La Commission européenne veut donc s’assurer que SFR ne tire des privilèges du groupe audiovisuel via sa maison mère, tant sur le marché de la distribution des programmes que sur celui en amont de l’acquisition des droits de diffusion.

Dans l’esprit des commissaires, cette position plus ou moins dominante pourrait impacter le marché des offres ADSL, premier vecteur aujourd’hui de la concurrence dans la télévision payante, et qui pourrait se traduire par une hausse des tarifs, une dégradation de la qualité, voire les deux. Car SFR lancera à son tour une offre ADSL, en direction du grand public comme des entreprises, en avril prochain.

Ralentir le déploiement de l’offre ADSL

Le report de la décision de la Commission pourrait-elle retarder le lancement de cette nouvelle offre d’accès Internet? Pas le moins du monde, selon SFR. “La décision de la Commission européenne d’ouvrir une phase II ne remet pas en cause ce lancement”, précise l’opérateur dans un communiqué de ce jour.

“Le projet d’acquisition des activités françaises de téléphonie fixe et Internet haut débit de Télé2 est pour SFR un catalyseur qui permettra d’aller plus vite dans ses nouveaux développements, grâce notamment à sa base de 350 000 clients haut débit”, peut-on lire en guise de réaction officielle de l’opérateur. “Il n’est en aucune façon une condition nécessaire à ces nouveaux développements, en particulier, au plan technique, Télé 2 ne disposant pas de sa propre infrastructure de réseau.”

Autrement dit, si le report de la décision des instances européennes risque de ralentir le déploiement de l’offre ADSL, son lancement est plus que jamais maintenu. La Commission européenne se donne 90 jour pour étudier le dossier. La réponse, favorable ou non et assortie de conditions ou non, est désormais attendue le 2 août 2007.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur