Rachat Oracle-Sun : les autorités européennes lancent une enquête approfondie

Cloud

La Commission européenne va examiner de près le rachat de Sun par Oracle et vérifier qu’il n’entraîne pas une distorsion de la concurrence sur le marché des bases de données.

Alors que les autorités américaines ont décidé, à la mi-août, de valider l’OPA d’Oracle sur Sun, cette transaction se retrouve désormais sous le feu des projecteurs de l’Union Européenne. En effet, la Commission européenne souhaite savoir si le rapprochement de ces deux géants de l’IT ne portera par atteinte à la concurrence dans le domaine des bases de données.

Rappelons qu’en avril dernier, la firme de Larry Ellison avait mis la main sur Sun Microsystems pour un montant de 7,4 milliards de dollars. En juillet les actionnaires de Sun avaient approuvé cette OPA. Ce rachat devrait générer, pour Oracle, 1,5 milliard de dollars de bénéfices la première année, et plus de 2 milliards la seconde année.

L’éditeur américain pourrait ainsi intégrer à ses produits la langage de programmation Java, sur lesquels sont basés la plupart des logiciels middleware d’Oracle, et le système d’exploitation Solaris, déjà plébiscité par les clients de l’éditeur qui utilisent les bases de données estampillées Oracle.

Veiller à ce que ce rachat n’entraîne pas une distorsion de la concurrence

Mais un grain de sable vient enrayer la machine. Bruxelles a annoncé qu’elle souhaitait mettre en lace une enquête approfondie. “L’enquête initiale menée par la Commission sur ce marché révèle que l’opération envisagée soulève des doutes sérieux quant à sa compatibilité avec le marché unique, en raison de problèmes de concurrence sur le marché des bases de données”, explique les autorités anti-trust dans un communiqué.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur