Radio à la demande : Radionomy capte les ondes des investisseurs

Mobilité

Quelques semaines après sa présentation officielle, le service de radio personnalisable annonce qu’il a bouclé sa première levée de fonds.

Mi-janvier, quatre entrepreneurs belges ont annoncé lors d’une grande fête à la Tour Eiffel qu’ils souhaitaient “révolutionner la radio” avec le lancement de Radionomy à l’échelle européenne. Maintenant, place au financement du projet. Une tâche ardue a priori car le service propose de supporter l’intégralité des coûts d’hébergement des éléments d’antenne de la musique aux jingles liés jusqu’à la diffusion d’une Web radio sans limitation d’auditeurs.

“Pour développer ce projet, nous avons souhaité solliciter des investisseurs solides, des acteurs en vue de l’Internet, des personnalités fortes qui avaient déjà généré du succès et qui nous donneraient accès à des réseaux de contacts particulièrement utiles pour soutenir l’internationalisation de la société”, indique Yves Baudechon, co-fondateur en charge du marketing et communication, contacté par Vnunet.fr.

Dans les faits, c’est un trio d’investisseurs qui a participé au premier tour de table de Radionomy. Il est composé de Christophe Salanon (un des dirigeants historiques du service de rencontres en ligne Meetic), eValue (un fonds d’investissement allemand) et Peak Capital (un fonds hollandais), cet apport d’argent frais, dont la somme n’a pas été communiquée, va permettre d’assurer un lancement en Belgique francophone et en France dans une première phase.

Outre le financement d’une partie des coûts de développements, cetter intervention devrait aussi contribuer à financer les coûts de streaming et le paiement des droits correspondants à l’activité dans ces deux pays.
Une seconde levée de fonds devrait être réalisée dans les semaines à venir pour envisager son déploiement à l’échelle européenne. Les développements de Radionomy se poursuivront ensuite sur les marchés néerlandais et allemand.

“Nous procédons actuellement à la qualification et au scoring des bêta-testeurs via un questionnaire adressé à tous les candidats inscrits. Les premiers pourront tester l’application dès fin février en sachant que le nombre de testeurs sera élargi progressivement par vagues successives”, conclut Yves Baudechon. Enfin, l’application permettant de programmer sa webradio (baptisée Radio Manager) devrait être présentée prochainement.

“La vraie Web radio va au-delà du copié-collé”

Les Web radios traditionnelles, qui ont – pour certaines d’entre elles – signé un accord avec les ayants-droit, ne semblent pas craindre l’arrivée de Radionomy qui pourrait pourtant signifier un éreintement de leur audience.

“Faire de la radio, ce n’est pas simplement passer des morceaux, c’est une cohérence éditoriale en premier lieu sur la partie programmation avec la diffusion de titres exclusifs envoyés par les labels avec lesquels nous travaillons”, indique Franck Chevalier, co-fondateur de Beradio.net.

Il conclut en précisant que “la production de contenus nécessite quant à elle des moyens importants pour ne pas faire un simple copié-collé d’émissions proposées par d’autres, c’est une vision d’ensemble du projet avec des intervenants expérimentés et crédibles”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur