Radiofréquences : le gouvernement sur la même longueur d’onde que l’AFSSET

Mobilité

Le gouvernement opte pour l’application du “principe de précaution” après la publication du rapport sur les ondes électromagnétiques de l’Afsset.

Suite à la publication du rapport de l’AFSSET* relatif à l’exposition des radiofréquences, le gouvernement se montre satisfait des conclusions.

Fort de cette nouvelle étude, les ministères ou secrétariats d’Etat concernés (Santé et des Sports, Economie numérique, Ecologie) assurent que l’exposition du public aux champs électromagnétiques de radiofréquences due aux antennes relais de téléphonie mobile “n’engendre pas de risques sanitaires identifiés pour la population riveraine”.

En ce qui concerne les risques liés à l’exposition individuelle (les ondes émises par les téléphones mobiles), le gouvernement opte pour l’application du principe de précaution.

“Les études biologiques, cliniques et épidémiologiques montrent que l’hypothèse d’un risque ne peut être totalement exclu à ce stade”, peut-on lire dans un communiqué diffusé par le gouvernement. La prudence est de donc de rigueur avec l’exposition des enfants et les efforts de recherche doivent se poursuivre.

Dans le cadre du Grenelle des Ondes enclenché en avril, un comité de suivi doit se réunir demain afin d’examiner l’état d’avancement des travaux des quatre groupes de travail. Il reviendra sur les conclusions du rapport de l’AFSSET.

*Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur