Ralf Bremer (Google) : “Etendre les droits voisins réduirait l’information disponible sur le Net”

Régulations
Ralf-Bremer-Google-Allemagne-moteur

A l’heure où l’Allemagne travaille sur l’introduction d’un droit voisin pour les éditeurs de presse, nos collègues de ZDNet.de ont interrogé Ralf Bremer, Directeur de la Communication de Google Allemagne.

En Allemagne, le gouvernement travaille sur l’introduction d’un droit voisin pour les éditeurs de presse qui pourrait obliger Google à rémunérer les sources de Google News.

En France, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, réfléchit à un dispositif similaire en France.

Nos collègues de ZDNet.de ont interrogé Ralf Bremer, Directeur de la Communication de Google Allemagne.

Dans cet entretien, il réagit au projet de loi et estime que ce type de projet pourrait paradoxalement réduire l’accès à l’information sur Internet…

ZDnet.de : Les partisans du droit voisin affirment qu’il n’est pas possible d’exclure les contenus d’un journal en ligne de l’indexation par votre moteur de recherche. Et qu’ainsi, Google leur vole des lecteurs. Qu’en pensez-vous ?

Ralf Bremer : Tous les propriétaires de site Web, qu’il s’agisse d’un journal en ligne ou non, peuvent demander à nos robots de ne pas indexer certaines pages. Pour la presse en ligne, il est également possible de ne pas afficher les vignettes Google News (“Snippet”), qui apparaissent désormais dans la recherche universelle de Google Search.

ZDnet.de : En France, le syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) semble emboîter le pas aux revendications des éditeurs allemands. Redoutez-vous une extension à toute l’Europe ?
Ralf Bremer : La question ne se limite effectivement pas au marché allemand et une telle loi aura un impact pour tout utilisateur d’Internet. Chez Google, nous pensons que ces revendications pourraient entraîner une incertitude juridique, des coûts plus élevés et au final réduire l’information disponible sur Internet. De nombreux hommes politiques allemands et la communauté Internet sont d’ailleurs très critiques envers ce projet de loi.

ZDnet.de : Le 19 septembre prochain, Amd Haller, le directeur juridique de Google pour l’Europe du Nord, va participer à un événement baptisé “CopyRight Forum de l’Avenir”, auquel assistera également le ministre allemand de la Justice. Qu’attendez-vous de cette rencontre ?

Ralf Bremer: Google est très impliqué dans les débats sur le copyright et la protection des droits d’auteur. Mais les lois sur ce sujet doivent être adaptées à l’évolution des outils numérique. Pour un pays comme l’Allemagne, ce droit doit par exemple protéger ses poètes mais favoriser la diffusion des écrits de ses penseurs.

ZDnet.de : En Belgique, un fournisseur de contenus a été retiré de l’index de Google sous peine d’une sanction de 15 000 euros par infraction constatée. Pourriez-vous réagir de la même façon en Allemagne si le droit voisin s’applique ?

Ralf Bremer : Pour l’instant, cette hypothèse n’est qu’une spéculation. Nous espérons au contraire que le Parlement allemand rejettera ce projet de loi.

ZDNet.de: En cas d’adoption de cette loi, quel sera l’impact sur l’économie allemande ?
Ralf Bremer : L’Internet est la “machine à vapeur du 21e siècle” et, selon des économistes allemands, il a un impact sur plus de 4 millions d’emplois en Allemagne. Une telle loi aurait certainement un impact négatif sur l’économie allemande.

Article original sur ZDnet.de de Kai Schmerer

Hintergrund Leistungsschutzrecht: Interview mit Ralf Bremer von Google


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur