Raspberry Pi : PIXEL apporte du neuf à la distribution Raspbian

Mobilité
6 2

Avec le nouvel environnement graphique PIXEL, la Fondation Raspberry Pi modernise la distribution Linux Raspbian dédiée aux micro-ordinateurs.

La Fondation Raspberry Pi vient de lever le voile sur PIXEL, acronyme de « Pi Improved Xwindows Environment ». Il s’agit d’un tout nouvel environnement graphique pour la distribution Linux star destinée aux micro-ordinateurs Raspberry Pi.

Jusqu’à présent, Raspbian était livré avec l’environnement graphique très populaire et léger LXDE (acronyme de « Lightweight X11 Desktop Environment »). Simon Long, ingénieur au sein de la Fondation Raspberry Pi, a planché durant deux années sur PIXEL pour apporter un vent de fraicheur à l’interface.

Outre les nouvelles icônes plus jolies, il hérite d’un nouveau menu d’applications et d’un nouveau thème. On trouve aussi 16 fonds d’écran pour varier les plaisirs.

raspberry-pi_pixel_os_b

Si la police Roboto est toujours de mise, elle bénéficie d’un nouveau rendu grâce au « Infinality font rendering package ». Il s’agit d’une libraire qui améliore le rendu des polices avec notamment du lissage.

PIXEL intègre aussi plusieurs applications par défaut. C’est le cas de RealVNC viewer qui consiste en un logiciel d’accès à distance via VNC (Virtual Network Computing) à d’autres dispositifs connectés. Il permet de contrôler des clients RealVNC, tels que d’autres micro-ordinateurs Raspberry Pi.

On trouve également pré-installé l’émulateur Sense HAT (développé en partenariat avec la startup Trinket) basé sur le Web. Il permet de contrôler la carte (l’équivalent d’un shield du côté d’Arduino) Sense HAT bardée de capteurs et d’une matrice de 8 x 8 LEDs.

Il y a également la nouvelle fonctionnalité (uniquement pour le Raspberry Pi 3) permettant d’éteindre à la volée les différentes connectivités sans fil (Wi-Fi et Bluetooth).

Le navigateur internet Epiphany cède, lui, sa place à Chromium. Afin d’éviter de mettre à genou le micro-ordinateur avec des publicités flash gourmandes en ressources matérielles, le navigateur open source est préchargé avec l’ad-blocker uBlock Origin.

Il dispose de plusieurs extensions telles que h264ify qui « force YouTube à diffuser des vidéos dans un format qui peut être accéléré matériellement par le Pi », explique la Fondation dans son billet de blog.

Celle-ci précise que si Chromium peut tirer profiter du hardware plus puissant des Raspberry Pi 2 et 3, il n’est pas forcément très adapté aux moins puissants Pi 1 et Pi Zero.

Début septembre dernier, la Fondation Raspberry Pi annonçait que son micro-ordinateur (toutes versions confondues) avait franchi la barre des 10 millions de ventes. L’initiative destinés à démocratiser la programmation informatique parmi les plus jeunes a pris un essor inattendu.

raspberry-pi_pixel_os_a

(Crédit photos : @Fondation Raspberry Pi)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur