La réalité augmentée pour les commerciaux : Augment séduit Salesforce

EntrepriseLevées de fondsStart-up
salesforce-augment
2 47

Salesforce emmène le premier tour de table institutionnel du Français Augment, qui exploite une technologie de réalité augmentée sous l’angle BtoB.

À défaut d’avoir pu joindre Augment, on a sorti les calculettes. Et selon nos estimations, la start-up parisienne a levé plus de 3 millions de dollars dans le cadre de son premier tour de table institutionnel (« Series A »).

Fondée en 2011 par Cyril Champier, Mickaël Jordan et Jean-François Chianetta (actuel CEO), elle avait déjà réuni, il y a trois ans, près de 280 000 dollars auprès de plusieurs investisseurs individuels dont Olivier Mathiot (cofondateur de PriceMinister), Laurent Therezien (Web-entrepreneur impliqué dans Lastminute.com et Voyage-Privé) ou encore Nicolas Vauvillier (Adiscos, 1001maquettes).

Une nouvelle opération de financement était intervenue en mai 2014. Augment levait plus de 1,1 million de dollars auprès d’un bouquet de business angels parmi lesquels Alain Roubach (président du conseil de surveillance de Pomme de Pain et du comité stratégique de Matsuri) et Stanislas Cromback (président du fonds d’investissement Covent Partners).

Cette fois-ci, c’est Salesforce qui prend le leadership, via sa branche capital-investissement.

L’éditeur américain compte renforcer les synergies déjà établies entre ses solutions logicielles et la plate-forme technologique d’Augment*, exploitée essentiellement en BtoB pour ajouter, dans des applicatifs mobiles, une couche de réalité augmentée.

L’idée est de modéliser des produits en 3D et de les intégrer dans un environnement en temps réel. Le tout sans mise à l’échelle, en grandeur nature, avec par exemple un lit virtuellement incorporé dans une chambre visualisée à travers le capteur numérique d’un smartphone ou d’une tablette.

Exploitation BtoB

Ce service concurrent de ceux développés par les Britanniques Aurasma et Blippar ou encore l’Allemand metaio – passé dans le giron d’Apple en mai 2015 – fonctionne sur un modèle freemium. L’offre de base est gratuite et on peut y greffer des options payantes : mode hors ligne, installation sur plusieurs appareils, utilisation de « traqueurs » pour associer un objet 3D à une brochure ou un catalogue…

Salesforce y voit un levier de performance pour les commerciaux dans leurs interventions « sur le terrain ». C’est précisément l’exploitation qu’en a L’Oréal : plusieurs centaines de collaborateurs s’en servent pour tester leurs présentoirs (PLV) dans les salons de coiffure sans avoir à en transporter un exemplaire.

Parmi les quelque 200 clients que revendique Augment, il n’y a pas que des groupes de cosmétique. On trouve aussi des e-commerçants, des agences de design ou des cabinets d’architectes… et des références comme AccorHotels, Engie et Coca-Cola Germany.

La start-up propose aussi une prestation de modélisation d’objets 3D pour le compte de ses clients. Tout en ayant, à son catalogue, l’offre Augment for Interactive Print, qui consiste à appliquer la réalité augmentée à des éléments 2D comme les manuels, les brochures et les flyers.

Cette nouvelle levée de fonds permettra une extension des programmes de partenariat, une accélération du développement produit et des recrutements. Reste à savoir dans quels métiers. Nous sommes en attente d’un retour d’Augment sur ce point.

* La plate-forme est fondée sur la technologie Vuforia, développée à l’origine par Qualcomm Connected Experiences et reprise il y a quelques mois par PTC. Quant à l’offre d’Augment, déjà accessible via l’AppExchange de Salesforce, elle va être intégrée dans l’application mobile Salesforce1.

Crédit photo : ig0rzh – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur