Réalité augmentée : le Français Augment lève 1 million d’euros

EntrepriseLevées de fonds
levee-fonds-augment

La start-up parisienne compte exploiter ce financement pour renforcer son équipe R&D locale et accélérer son développement sur le marché américain, qui représente 45% de son chiffre d’affaires.

Recruter des profils d’ingénieurs pour renforcer son équipe R&D basée à Paris et poursuivre son expansion à l’international en se concentrant sur les groupes de grande consommation : tels sont les principaux objectifs d’Augment après son deuxième tour de table.

La start-up parisienne – issue de l’accélérateur local Le Camping – vient de lever 1 million d’euros auprès d’une brochette d’investisseurs privés. Sur la liste figurent notamment Alain Roubach (président du conseil de surveillance de Pomme de Pain et du comité stratégique de Matsuri) et Stanislas Cromback (président du fonds de capital-investissement Covent Partners).

Fondé en 2011 par Cyril Champier, Mickaël Jordan et Jean-François Chianetta (actuel CEO), Augment s’est fait connaître pour ses technologies basées sur la réalité augmentée. Elle a synthétisé ses travaux en une plate-forme en ligne liée à des applicatifs mobiles (iOS, Android) qui permettent de modéliser des produits en 3D et de les intégrer dans un environnement en temps réel. Le tout sans mise à l’échelle, en grandeur nature, par exemple avec un lit virtuellement incorporé dans une chambre filmée via le capteur numérique d’un smartphone ou d’une tablette.

A vocation exclusivement BtoB, l’offre d’Augment se destine principalement à la communication et au commerce électronique, mais aussi physique, tout particulièrement à travers les représentants. Une centaine de clients en équipent leurs forces de ventes “sur le terrain”. Outre les cabinets d’architecture, les agences de design et les annonceurs, plus de 1700 collaborateurs du groupe L’Oréal s’en servent pour tester leurs présentoirs (PLV) dans les salons de coiffure sans avoir à en transporter un exemplaire.

Cette solution vient marcher sur les plates-bandes des services développés par les Britanniques Aurasma et Blippar ou encore l’Allemand metaio. Générant 45% de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis (l’ouverture d’un bureau à Chicago est d’ailleurs prévue pour l’été 2014), elle fonctionne sur un modèle “freemium”. L’offre de base est gratuite et les options, payantes : mode hors ligne pour les applications mobiles, possibilité d’ajouter des modèles 3D en mode “privé”, installation d’Augment sur plusieurs appareils, utilisation de “traqueurs” pour associer un modèle 3D à une brochure ou un catalogue…

Prochaine étape pour Augment : adapter sa plate-forme aux demandes des clients en intégrant notamment des options de partage de et de gestion des droits d’accès. A noter que le précédent – et premier – tour de table réalisé par la start-up remontait à avril 2013. Un bouquet d’investisseurs individuels, dont Olivier Mathiot cofondateur de PriceMinister), Laurent Therezien (Web-entrepreneur impliqué dans Lastminute.com et Voyage-Privé) ou encore Nicolas Vauvillier (Adiscos, 1001maquettes) avait apporté son soutien à hauteur de 220 000 euros.

A voir en complément, l’interview de Michael Jordan. Dans le cadre du salon ROOMN 2014 (mobilité et numérique), le cofondateur et directeur marketing d’Augment explique pourquoi le BtoB demeure la priorité et dans quelle mesure la réalité augmentée se différencie de la réalité virtuelle. Il revient également sur la relation de confiance que sa société a nouée avec L’Oréal, le groupe leader en cosmétique.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les enseignes du high-tech en France ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur