Réalité augmentée : une puce IA dans le prochain HoloLens de Microsoft

AccessoiresComposantsPoste de travail

La seconde version du casque de réalité augmentée HoloLens de Microsoft embarquera un coprocesseur destiné à traiter des tâches d’Intelligence artificielle.

Microsoft va faire évoluer son casque de réalité augmentée HoloLens avec un coprocesseur qui aura pour rôle de traiter localement les tâches IA (intelligence artificielle).

Plus précisément, il aura pour fonction d’analyser ce que le porteur du casque voit et entend directement sur l’appareil plutôt que d’envoyer les données dans le cloud.

Le casque HoloLens embarque un multiprocesseur appelé unité de traitement holographique ou HPU (pour Holographic Processing Unit) qui traite les informations provenant de tous les capteurs embarqués, dont le capteur de profondeur personnalisé de temps de vol, les caméras de suivi de tête, l’unité de mesure inertielle (IMU) et la caméra infrarouge.

Harry Shum, vice-président exécutif du groupe de recherche et d’intelligence artificielle, a annoncé à l’occasion du discours d’ouverture de la CVPR 2017 (conférence qui se tient du 21 au 26 juillet 2017 à Honolulu) que la seconde mouture du HPU, actuellement en développement, sera pourvue de ce coprocesseur IA pour implémenter de façon native et flexible les tâches relevant du DNN (deep neural network).

Microsoft précise dans un billet de blog que les approches d’apprentissage pour les DNN sont confrontées à deux problématiques. Ils nécessitent d’une part une grande quantité de données pour l’entrainement et se conjuguent d’autre part avec des calculs qui ne sont pas adaptés aux architectures des processeurs à usage général.

Les autres groupes Internet puissants accélèrent aussi dans ce domaine.

La rumeur prête à Apple la volonté de développer une puce IA répondant au nom de « Apple Neural Engine ». Elle serait intégrée dans des terminaux comme l’iPhone.

Google est également actif sur ce front avec une approche toutefois différente. La firme de Mountain View a opté pour une puce destinée au data center. Le Tensor Processing Unit (TPU), sorti en 2015, facilite le traitement des résultats de recherche et de reconnaissance d’images dans les serveurs.

En février 2016, Facebook avait lancé un programme hardware pour soutenir les instituts de recherche les plus en pointe dans l’intelligence artificielle en Europe.

Dans le feu de l’actualité IT, on notera aussi le vif intérêt que porte SoftBank vis-à-vis de Nvidia autour des puces IA.

Vidéo signée Microsoft :

(Crédit photo : @Microsoft)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur