Réalité virtuelle ou augmentée ? Il y a de la place pour les deux

MobilitéPoste de travail
realite-virtuelle-augmentee-2020
3 10

IDC estime que la réalité augmentée connaîtra, d’ici à 2020, un essor comparable à celui de la réalité virtuelle… avec un peu de retard.

Oculus Rift d’abord, Hololens ensuite : pour IDC, la réalité virtuelle se développera plus rapidement que la réalité augmentée… tout du moins sur le court terme.

Le cabinet américain d’études de marché s’est livré à un exercice de prospective en se concentrant sur la partie hardware.

Il estime que 9,6 millions de dispositifs de réalité virtuelle se vendront dans le monde en 2016, représentant 2,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Dans le même temps, seuls 400 000 équipements de réalité augmentée devraient s’écouler.

L’écart se réduirait ensuite progressivement. Le taux de croissance annuel moyen entre 2016 et 2020 serait en l’occurrence de 183,8 % pour la réalité virtuelle, contre 189,8 % pour la réalité augmentée.

Pour IDC, la réalité augmentée n’est pas forcément moins mature, mais elle requiert une approche plus réfléchie au vu de « l’impact profond [qu’elle aura] sur la manière dont l’homme interagit avec la technologie et travaille [au jour le jour] ».

Place, dans un premier temps, à la réalité virtuelle, avec des produits segmentés en trois catégories*.

D’un côté, ceux qui exploitent l’écran d’un smartphone, comme le Gear VR de Samsung. De l’autre, ceux qui disposent de leur propre système d’affichage, mais qui dépendent d’un autre appareil de type PC, à l’image de l’Oculus Rift. Enfin, ceux qui sont totalement autonomes, à l’instar du Sulon Q lancé par AMD.

C’est avec cette dernière catégorie de produits que le marché pourrait décoller, essentiellement grâce aux jeux vidéo.

Mais il faudra aussi surveiller le développement d’usages en entreprise.

Sur ce point, on relèvera le partenariat tout juste annoncé entre HTC et Dassault Systèmes. Le groupe français a développé la plate-forme 3DExperience, présentée comme un environnement collaboratif virtuel exploitable dans les domaines du design, de la fabrication ou encore du marketing.

À consulter en complément :

* IDC n’inclut pas, dans ses calculs, les produits dépourvus d’électronique tels que le Cardboard de Google.

Crédit photo : zeber – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur