Recharge sans fil : Qi a le soutien de Microsoft et Samsung

Régulations
microsoft-samsung-qi

Microsoft et Samsung rejoignent le conseil d’administration du Wireless Power Consortium, qui chapeaute le standard de recharge sans fil Qi.

Le conseil d’administration du Wireless Power Consortium (WPC) compte deux nouveaux membres : Microsoft et Samsung Electro-Mechanics.

Les deux multinationales rejoignent cette alliance qui a chapeauté le standard de recharge sans fil Qi, lequel s’appuie sur un couplage électromagnétique rapproché entre émetteur et récepteur avec une puissance effective de 5 watts. La technologie devrait évoluer sous peu avec un système “plus relâché” délivrant davantage de puissance – jusqu’à 24 watts – pour accélérer le processus de charge et alimenter plusieurs appareils en simultané.

Autant de perspectives qui ont retenu l’attention de Samsung Electro-Mechanics. “Soutenu par Verizon [et plus de 200 autres acteurs de l’industrie, ndlr], le WPC aura [de nombreux] produits et nous voulons être impliqués dans leur activité à un stade précoce“, résume le manager senior Yunho Lee. Du côté de Microsoft, on poursuit simplement l’engagement de Nokia envers le standard promu par le WPC… qui consolide là son arsenal après le récent rapprochement stratégique entre ses deux concurrents : l’Association for Wireless Power (A4WP) et la Power Matters Alliance (PMA).

Chacun de ces trois groupements promeut un standard basé sur le transfert par induction, mais avec des implémentations spécifiques, concernant notamment le nombre d’inductances et l’éventuelle gestion simultanée de plusieurs bobines réceptrices. Pour l’un, on parlera de couplage par induction ; pour l’autre, on évoquera la résonance magnétique avec, dans tous les cas, un objectif de cohérence et d’interopérabilité.

A l’heure actuelle, le plus populaire est le standard Qi, qui compte plus de 100 produits certifiés, dont des smartphones (Samsung Galaxy S3, S4 et S5 ; Lumia 1020 et 1520 de Nokia, Nexus 4 et 7 de Google, etc.) et des systèmes embarqués dans certains véhicules de Jeep, Audi ou encore Toyota.

Supportée par Qualcomm, Broadcom, Intel, Samsung et Texas Instruments (ces deux derniers sont également membres du WPC), l’alternative d’A4WP a été finalisée en début d’année 2013. Tout juste rebaptisée Rezence et gratifiée d’un logo dédié, elle fut la première à supporter la recharge de multiples terminaux depuis un même socle. Des fonctionnalités Bluetooth sont attendues à court terme.

Le troisième larron (PMA) entend jouer les trouble-fêtes avec son standard Power 2.0. Sur un marché de la recharge sans fil qui pourrait générer 8,5 milliards de dollars en 2018 (contre moins de 300 millions en 2013, selon IHS), certaines entreprises adoptent une approche particulière. Illustration avec la start-up Ossia, qui compte mettre en oeuvre la recharge sans fil à travers un appareil central diffusant un faisceau ultra-focalisé.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous de Samsung ?

Crédit logo : QI Consortium


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur