Reconnaissance faciale : ça bloque toujours pour Facebook Moments en Europe

MarketingSocial Media
Facebook moments
2 1

L’app mobile de partage de photos Facebook Moments a été expurgée de sa technologie de reconnaissance faciale, mais mise malgré tout sur la « ressemblance d’objets ».

Disponible depuis près d’un an aux Etats-Unis, Facebook rend accessible en France et en Europe son application mobile Moments, destinée à faciliter le partage de photos entre amis.

Moments  offre ainsi la possibilité de publie, partager et stocker des clichés de manière privée : cette app s’appuie notamment sur la reconnaissance faciale automatique, puisqu’elle permet de trier et de regrouper ses photos selon les événements correspondants tout en identifiant et retrouvant facilement les amis ou membres de la famille y figurant, grâce à un algorithme maison s’appuyant sur la collecte de données biométriques.

Mais cette technologie de reconnaissance faciale déployée par Facebook, si elle ne choque pas (encore) trop les Américains, fait grincer des dents en Europe.

Rappelons ainsi qu’en 2012, suite aux plaintes de plusieurs  instances de régulation des données personnelles (Allemagne, Autriche, Norvège, France), le réseau social de Mark Zuckerberg avait pris le parti de désactiver sa fonctionnalité de reconnaissance faciale utilisée pour identifier les personnes apparaissant sur des photos publiées sur Facebook. Motif invoqué pat les autorités européennes : un non-respect de la confidentialité associé à cette technologie.

Toutefois, Facebook a décidé de contourner le problème, en implémentant dans Moments un algorithme de ressemblance d’objets  permettant d’émettre des suggestions concernant l’identité des personnes figurant dans les photos publiées. L’utilisateur doit lui-même associer les noms aux visages, et demander ensuite l’autorisation aux personnes concernées d’être tagguées pour le partage des fichiers.

 

Crédit image : Facebook


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur