Reconnaissance vocale et traduction : Facebook jette son dévolu sur Jibbigo

Régulations
facebook-jibbigo

Facebook a signé un accord pour acquérir la start-up américaine Mobile Technologies, connue pour son application de reconnaissance vocale et de traduction instantanée Jibbigo.

Après quatre ans d’exercice dans son fief de Pittsburgh (État américain de Pennsylvanie) sous la houlette de son fondateur Alex Waibel, la start-up Mobile Technologies rejoint les rangs de Facebook.

La transaction, dont le montant n’a pas été révélé, englobe une partie des effectifs de la jeune société – certains postes ne sont pas concernés, comme précisé dans le communiqué relatif à l’acquisition – et l’intégralité de son portefeuille technologique.

Le réseau social s’intéresse plus particulièrement à l’application mobile Jibbigo (disponible sur iOS et Android), qui combine des fonctions de reconnaissance vocale et de traduction instantanée dans environ 25 langues, avec une retranscription en texte ou voix synthétisée.

Son public est constitué essentiellement de voyageurs, d’expatriés et de professionnels engagés dans des missions humanitaires.

Le modèle économique de Jibbigo repose sur la vente de “packs de traduction” hors-ligne (2,99 à 24,99 dollars), permettant de se dispenser d’une connexion à Internet.

Mobile Technologies, qui n’a jamais levé de fonds, ne donne aucun indicateur quant au succès de son application, mais sur une plate-forme communautaire qui compte plus d’un milliard d’inscrits, le champ des possibles va considérablement s’élargir.

Facebook est, en l’occurrence, pressenti pour intégrer ces technologies dans plusieurs de ses services : en tête de liste, les flux d’actualités, notamment sur les terminaux mobiles, qui concentrent une part croissante de ses revenus (30% au dernier pointage).

Il s’agira plus globalement d’ouvrir un maximum de contenus – parmi lesquels la publicité – à un public multilingue : moteur de recherche Graph Search, discussion instantanée avec l’outil Messenger, etc.

Plus d’un an après son IPO survenue le 18 mai 2012, Facebook peine à redessiner sa stratégie et reste confronté à l’expectative de ses investisseurs : son titre boursier vient tout juste de retrouver son niveau d’introduction de 38 dollars.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : avez-vous entendu parler du nouveau Facebook ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur