Red Hat prépare en secret l’alternative à .Net

Cloud

Selon nos confrères de Vnunet.com, Red Hat lance un service de mises à jour de sécurité automatiques. Un impératif, si on en croit les menaces qui pèsent sur les serveurs Internet. Mais ce n’est pas tout : Red Hat serait sur le point de dévoiler une alternative à la plate-forme .Net de Microsoft ! Mais, chut. On devrait en savoir plus à la fin du mois…

Serait-ce l’arbre qui cache la forêt ? Au delà d’un prochain nouveau service d’automatisation des mises à jour de sécurité de ses solutions serveurs, Red Hat, le plus gros distributeur Linux au monde, préparerait rien moins qu’une offensive contre Microsoft. “C’est une alternative à la stratégie .Net que Microsoft a dévoilée à Atlantla. Aussi, le mot “service” est réducteur : tout le monde pourra se raccorder à la nouvelle offre de Red Hat qui sera annoncée et détaillée à la fin du mois aux Etats-Unis”, nous a-t-on confié. Pour le moment, rien ne confirme officiellement la volonté de Red Hat de contrarier la stratégie de la firme de Redmond qui consiste à placer définitivement Internet au coeur de son activité (voir édition du 23 juin 2000).

De leurs côtés, nos confrères de Vnunet.com notent que le lancement du nouveau service de Red Hat intervient peu après l’avertissement du Cert. La semaine dernière, cet organisme spécialisé dans les questions de sécurité au sein de l’université américaine de Carnegie Mellon attirait l’attention sur les attaques visant les serveurs Internet et exploitant leurs failles de sécurité alors qu’il existe déjà des solutions. Selon le Cert, un grand nombre de sites hébergés par des serveurs fonctionnant sous Red Hat Linux ont été touchés. Aussitôt, Colin Tenwick, directeur général Europe de Red Hat, déclare que, comme les autres distributeurs, il livre des “patches” (des rustines logicielles) pour remédier aux vulnérabilités, en ajoutant que les procédés de mises à jour réclamaient surtout d’être simplifiés pour les utilisateurs. “Nous faisons notre possible pour que les utilisateurs soient au courant de la disponibilité des mises à jour”, commente Colin Tenwick, ajoutant que cette démarche doit être plus efficace. Il explique : “Dans les mois qui viennent, nous ferons des annonces concernant la distribution automatique de logiciels. Les services automatiques et les nouveaux moyens de remettre à jour le logiciel déchargeront les administrateurs de se tenir au courant des mises à jour”.

On ne peut s’empêcher de s’étonner de tant de mystères faits autour de ces nouveaux services. Surtout lorsqu’on sait que cela fait un an que Mandrake, une distribution française de Linux basée sur Red Hat, distribue des “patches” de sécurité par le biais de Mandrake Update. Toutefois, une autre source souffle que “la nouvelle offre de Red Hat sera très importante. Pas seulement du point de vue technique mais aussi parce qu’elle permettrait de répondre à la grande question : comment Red Hat compte gagner de l’argent au travers un environnement libre ?”. Pas moins ! En attendant l’officialisation de ces informations pour le moins étonnantes, d’autres se demandent de façon plus pragmatique comment sécuriser leurs serveurs Internet…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur