Renaissance Numérique : Henri Isaac va prendre le relais de Guillaume Buffet

ManagementNominationsRégulations
henri-isaac-president-renaissance-numerique

Début 2016, l’universitaire Henri Isaac, expert de la transformation numérique, endossera les fonctions de président du think tank Renaissance Numérique.

Henri Isaac remplace Guillaume Buffet à la présidence de Renaissance Numérique.

Il prendra ses nouvelles fonctions en janvier 2016 pour une durée de trois ans.

Ce “think tank de la société numérique” (50 adhérents dont des représentants de Google, Microsoft, Yahoo et Viadeo et 250 délégués territoriaux) va fêter son dixième anniversaire cette année.

Le conseil d’administration de Renaissance Numérique est également partiellement renouvelé avec l’arrivée d’Anne-Sophie Bordry (Medicis Web),  Guillaume Monteux (miLibiris) et Philippe Régnard (branche numérique du groupe La Poste).

Qui est Henri Isaac ? Docteur en sciences de gestion, enseignant-chercheur et maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine, cet universitaire est spécialiste de la transformation numérique. Il a pris en charge le développement du e-learning en formation continue.

En 2008, Henri Isaac avait remis en 2008  un rapport sur l’Université Numérique et les enjeux de la numérisation de l’enseignement supérieur, à la Ministre en charge de ce dossier à l’époque (Valérie Pécresse).

Renaissance Numérique a vocation à alimenter la réflexion sur l’impact du numérique dans la société française (politique, académique, économique…).

Prochains thèmes abordés par le cercle de réflexion : philosophie à l’ère du numérique, l’agriculture face aux nouveaux usages numériques et le projet sur “le renouveau de la vie publique” mené avec l’Institut Montaigne et Terra Nova.

Le rapport d’activité 2014 fait état des principaux thèmes sous l’angle du numérique abordés en 2014 : santé, culture, élection municipale, gouvernance Internet…

En l’état actuel, Renaissance Numérique n’a pas vraiment réagi officiellement au projet de loi sur le renseignement présenté en Conseil des ministres la semaine dernière.

Pourtant, les implications concernant les citoyens à l’ère numérique sont grandes.

Néanmoins, juste après les attentats survenus en France en janvier (Charlie Hebdo), le think tank avait écrit en janvier une lettre ouverte à Jean-Jacques Urvoas (Président de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, membre de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité et rapporteur du projet de loi sur le renseignement qui sera examiné devant l’Assemblée nationale”) : “Nous souhaitons plus de dialogue sur les questions de surveillance sur Internet”.

Plus chaud : Guillaume Buffet a précisé par Twitter qu’une réunion s’était tenue hier (mardi 25 mars) avec Jean-Jacques Urvoas pour évoquer ce dossier sensible.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur