e-Paiement : Rentabiliweb veut élargir son offre Be2Bill

E-paiementMarketing
be2bill-rentabiliweb

Le groupe Internet Rentabiliweb de Jean-Baptiste Descroix-Vernier s’est redressé courant 2013, grâce à l’apport de business généré par la solution de paiement Be2Bill.

Après un “repositionnement stratégique” effectué en 2013, Rentabiliweb publie un chiffre d’affaires en hausse de 2,7% à 71,9 millions d’euros. Tous les indicateurs financiers seront publiés le 3 mars.

Dans sa communication financière, le groupe Internet de Jean-Baptiste Descroix-Vernier met l’accent sur le développement de Be2Bill (solution de paiement par cartes lancée à la fin du premier trimestre 2012) avec un volume d’affaires d’un milliard d’euros sur l’année 2013 avec 900 marchands affiliés. Plus globalement, les activités BtoB représentent 44% du chiffre d’affaires de Rentabiliweb.

A travers une  nouvelle filiale aux Pays-Bas, le groupe Internet vise l’obtention et à l’exploitation des agréments EME et EC (Emetteur de Monnaie Electronique et Etablissement de Crédit). Des statuts qui lui permettront d’offrir de nouveaux services à ses clients : tenue de comptes, virements et prélèvements, émission de monnaie électronique ou de cartes.

Depuis le lancement de Be2Bill, Rentabiliweb a décroché le titre d’établissement de paiement agréé Banque de France “habilité à fournir des services de paiement (…), à savoir l’exécution de virements, l’émission d’instruments de paiement et l’acquisition d’ordres de paiement via carte bancaire.”. Toujours dans le domaine du paiement mais segment “micro”, le groupe évoque un niveau d’activité “stabilisé”.

Dans le BtoC, Rentabiliweb évoque sur 2013 un “retour de croissance confirmé” avec un renforcement de services associés à la clientèle féminine et familiale.

Jean-Baptiste Descroix-Vernier garde le contrôle de Rentabiliweb
Coté sur le compartiment C d’Euronext Bruxelles et Paris, Rentabiliweb demeurait fin 2012 sous le contrôle du fondateur Jean-Baptiste Descroix-Vernier (48,7% du capital, via sa holding d’investissement St George Finance). Une proportion de 39,9% est au flottant. On y retrouve des investisseurs comme Financière Lov (holding de Stéphane Courbit), Le Peigné SA, Kering (ex-PPR) et Pierre Bergé. Une part de 11,4% est détenue par les cadres et salariés du groupe

Quiz : Connaissez-vous les grands groupes Internet du Web en France ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur