Rentabiliweb remonte la pente : priorité à Be2Bill

BourseCloudEntrepriseManagementNominations
rentabiliweb-resultats-financiers

Résultats 2013 : la ré-organisation et la restructuration de Rentabiliweb a porté ses fruits, selon son président Jean-Baptiste Descroix-Vernier. L’e-paiement avec l’offre Be2Bill monte en puissance.

L’année 2013 a permis au groupe Rentabiliweb de se remettre sur le chemin de la rentabilité. Mais au prix d’une “restructuration complète de ses activités BtoC et BtoB”, commente Jean-Baptiste Descroix-Vernier, Président de la société Internet qu’il a fondée en 2002, dans le cadre de la présentation des résultats financiers qui s’est déroulée lundi en fin d’après-midi à Paris. Une démarche “successful” sans “aucun plan de licenciement et même 109 arrivées courant 2013”.

La bascule la plus impressionnante pour Rentabiliweb est son orientation vers les services e-paiement. On ne parle pas du micro-paiement (Rentabiliweb a un savoir-faire historique en la matière) mais d’un service “e-paiement” blindé avec les agréments bancaires adéquates qu’il a fallu la patience d’acquérir, une approche marketing, une configuration technique éprouvée et évolutive et des ressources dédiées (100 personnes).

En deux ans d’exploitation, Be2Bill est devenu le produit phare de Rentabiliweb avec des perspectives jugées alléchantes avec près d’un milliard d’euros de volume d’affaires signés en run rate fin 2013 (“au-dessus de nos ambitions initiales à 750 millions d’euros”) et 900 sites marchands affiliés (191 recensés à fin 2012).

Sur le front des indicateurs financiers, Rentabiliweb a retourné la désastreuse situation de l’exercice précédent. Le chiffre d’affaires consolidé est en hausse de 2,7% à 71,8 millions d’euros. Le résultat opérationnel courant (EBIT) passe à 4,1 millions d’euros (+33,8%). Les bonds du résultat opérationnel (EBITDA) et du résultat net consolidé sont impressionnants : respectivement +165,4% (3,1 millions d’euros) et + 162% (2,9 millions d’euros).

Le groupe soulignant son état de “structure financière saine et solide” avec un taux d’endettement nul. “Tout est auto-financé, notamment dans la monétique [qui fait l’objet d’une attention particulière avec notamment la création d’un pôle important à Amsterdam, ndlr]”, précise Jean-Baptiste Descroix-Vernier.

Inexorablement, le pôle BtoB (monétique, marketing direct et télécoms) monte en puissance. Le chiffre d’affaires du segment est en hausse de 22,3% (CA de 31,8 millions d’euros). Le groupe se montre ravi des performances réalisées en raison “des activités à fort taux de marge brute” (comme Be2Bill) et du niveau EBIT (+55,4% à – 1,5 millions d’euros) qui permet de “se rapprocher du breakeven assez rapidement” , considère Nicolo Horel, Directeur financier de Rentabiliweb.

Be2Bill : Rentabiliweb vise 5% du processing e-commerce en France

Du coup, le pôle BtoC (astrologie, dating et sites communautaires), qui a fait l’objet d’une restructuration en 2012, rassure les investisseurs avec son niveau EBIT élevé même s’il est en retrait sur 2013 (9,1 millions d’euros, en baisse de 16,8% et représentant 22,9% du chiffre d’affaires groupe). Une manière de faire patienter en attendant que le pôle BtoB (et particulièrement Be2Bill) devienne véritablement le relais de croissance incontestable.

Ce retour à la normale s’est aussi concrétisé avec la mise en place de plans d’économie (charges opérationnelles et charges de personnels). Ainsi, les coûts de structures (holding et départements centraux) sont passés de 5 millions d’euros à 3,5 millions.

Sur les priorités fixés sur l’année 2014, Jean-Baptiste Descroix-Vernier souhaite poursuivre la montée en puissance de Be2Bill pour décrocher “assez rapidement 5% du processing e-commerce en France” et obtenir de nouveaux agréments européens pour étendre ses services de paiements et de banques et élargir les activités du groupe en Europe du Sud et du Nord.

L’expertise mathématique sera développée par la création de “modules prédictifs auto-intelligents” permettant de développer des services personnalisés financiers et bancaires (“choisir un modèle de paiement 3 fois sans frais après étude d’un dossier”).

Le président de Rentabiliweb souhaite également dépasser les frontières du Web pour aborder le “marché de la proximité” (qui pèse 500 millions en France). 15 à 20 commerçants sont en bêta test dans cette catégorie et une organisation commerciale dédiée est en cours de constitution.

Sur le front de la Bourse, le titre Rentabiliweb regagne progressivement la confiance des investisseurs avec un cours qui est passé de 4 euros en mars 2013 à plus de 10 euros en mars 2014.

rentabiliweb-resultats-financiers
De gauche à droite, le trio de managers Rentabiliweb : Thibaut Faurès Fustel de Coulanges, Vice-président du groupe, Nicolo Horel, Directeur financier et Jean-Baptiste Descroix-Vernier, Président fondateur.

Quiz : Connaissez-vous vraiment les grandes entreprises du Web en France ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur