Rentrée HP France : on a des résultats donc on limite les dégâts

Big dataCloudData-stockageEntreprise
gerald-karsenti-HP-france

Gérald Karsenti, P-DG de HP France, a fixé les priorités 2014 : plan de transformation, marchés PME et start-up ciblés et 4 thématiques fortes :cloud, big data, mobilité, sécurité. Pas de restructuration majeure en vue.

La rentrée HP France a été marquée par une pointe d’optimisme malgré un groupe en restructuration globale. Mais l’Hexagone serait plutôt épargné par les vagues de licenciements  (34 000 dans le monde, dont 7000 en Europe, voir encadré).

Lors de la traditionnelle conférence de début d’année de la filiale, son P-DG Gérald Karsenti se montre confiant : la France entre dans le quinté des 5 pays les performants dans le monde. Son chiffre d’affaires a progressé l’an passé (sans donner d’indications financières précises).

Les priorités 2014 consistent à poursuivre le plan de croissance et de transformation engagés depuis 2011 (“Challenge 2017”), à accélérer les investissements sur le marché des PME-PMI, à accompagner les start-up et creuser le sillon de quatre thématiques phares de HP : cloud, big data, mobilité et sécurité. Sans oublier les 50 ans de HP.

Le cloud, parlons-en. HP est méconnu sur ce segment. Et pourtant, en France, la firme revendique une part de marché de 70 %. Selon Silicon.fr, la fourniture de cloud public n’y est pour rien. La plus forte contribution provient des plateformes cloud élaborées pour le compte d’entreprises clientes ou de prestataires de services. HP a notamment travaillé avec Numergy, Cheops, Antemeta ou encore GFI. Historiquement, la première référence de HP dans un socle cloud en France est SFR.

Selon Jean-Marc Defaux, Directeur Cloud Computing de HP, la firme aligne 32 services cloud déployés en deux ans. Avec 22 signatures au cours de la dernière année fiscale (close en octobre). Parmi ses clients cloud figure la banque de détail de la Société Générale et Air France. Récemment, la compagnie aérienne a déployé un cloud privé basé sur ses 1500 serveurs Linux “pour accélérer le temps de mise à disposition des infrastructures, qu’elles soient physiques ou virtuelles”.

Selon Silicon.fr, HP contribue aussi au projet de déploiement d’une plateforme de cloud hybride pour le compte d’EDF.

Que se passe-t-il sur le front des ventes de PC et serveurs ? Avec des marchés ballotés au niveau mondial, la France s’en tire bien. HP France affiche une part de marché de 28 % en 2013 pour la vente de PC (douze points de mieux que son concurrent le plus proche). Sur le segment des serveurs, HP France se permet d’afficher encore une croissance. Et, au niveau du matériel, l’innovation se poursuit : HP présente ainsi son client léger HP t620 Flexible, “le premier à intégrer des processeurs quadricœurs [AMD] dans un châssis sans ventilateur”.

Ressources humaines : HP France en mode GPEC
Dans quelle mesure la France est-elle épargnée par la restructuration globale de HP ? Le groupe a prévu 34 000 suppressions de postes d’ici octobre 2014, dont un peu plus de 7000 pour la zone EMEA. En France, Gérald Karsenti refuse de parler de plan social traditionnel. Certes, il y a un plan de départ en pré-retraite (400 personnes environ). “110 postes feront en 2014 l’objet d’une transformation”, explique le P-DG de HP France (via Silicon.fr). Et ce, dans le cadre d’un GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) sur trois ans. Les négociations avec les partenaires sociaux vont démarrer à la fin de la semaine. Cette politique vise à transformer un certain nombre de postes, notamment dans les services, afin de les réorienter vers les segments en croissance. “Ce qui ne signifie pas qu’il ne pourra pas y avoir de départs”, précise Gérald Karsenti.

Quiz : Connaissez-vous les PC hybrides ?

 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur