Réorganisation BlackBerry : vers un triple remaniement du top management

Régulations
blackberry-reorganisation-top-management

Pour soutenir son effort de redressement, BlackBerry poursuit sa refonte organisationnelle. Trois top managers quittent leurs fonctions : le directeur marketing Frank Boulben, le directeur de l’exploitation Kristian Tear et le directeur financier Brian Bidulka.

La refonte organisationnelle se poursuit chez BlackBerry.

Le fabricant télécoms canadien, qui avait un temps envisagé une revente totale ou partielle de ses activités, a finalement décidé de redresser la barre en toute autonomie, faute d’un acquéreur ferme et solvable.

Capitalisant sur une levée de fonds d’un milliard de dollars sous la forme d’obligations convertibles (dont 250 millions injectés par Fairfax, actionnaire à 10% de la société), John Chen, CEO par intérim, veut aligner l’organigramme sur la stratégie du groupe.

Lors de son investiture début novembre en remplacement de Thorsten Heins, le nouvel homme fort de BlackBerry avait annoncé un remaniement imminent des fonctions principales et la redéfinition de certaines prérogatives.

Cet engagement s’illustre aujourd’hui par un remaniement dans les hautes sphères : trois top managers sont officiellement démissionnaires.

En première ligne, Frank Boulben, directeur marketing monde (‘Chief Marketing Officer’) de BlackBerry depuis mai 2012.

Cet ancien de Vivendi, qui a également collaboré pour le compte de l’opérateur britannique Vodafone et pour France Télécom – Orange, n’a pas encore de successeur désigné.

Même constat pour Kristian Tear, directeur des opérations (‘Chief Operating Officer’) et ancien vice-président exécutif chez Sony Mobile Communications (ex-Sony Ericsson).

Quant au directeur financier Brian Bidulka (‘Chief Financial Officer’), il sera remplacé par James Yersh, qui occupe depuis 2008 le poste de vice-président senior de BlackBerry.

Lui-même débarqué récemment pour redonner des ailes à la société, John Chen en appelle désormais à la patience des utilisateurs et des investisseurs : il estime que six trimestres seront nécessaires pour remonter la pente.

Le dirigeant n’envisage pas de tirer un trait sur l’activité de production de smartphones, pourtant déficitaire, avec 1,7% du marché au dernier pointage d’IDC.

Il assure par ailleurs que des outils comme BBM (messagerie instantanée, BtoC) et les plates-formes de gestion des parcs informatiques (services BtoB) constitueront des piliers stratégiques à l’horizon 2014.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous la génération 2012 des smartphones BlackBerry ?

Crédit photo : corgarashu – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur