Répression sur le Net : RSF distribue ses cartons rouges

Cloud
Information - news

L’association de défense de la liberté de la presse vient de décerner ses trophées de la répression sur le Net. Avec une mention spéciale pour la LEN de Nicole Fontaine.

Reporters sans frontières (RSF) a profité de l’ouverture de la 7e Fête de l’Internet (voir édition du 29 mars 2004) pour décerner ses “trophées de la répression sur le Net”. Sans surprise, la Chine remporte haut la main la Palme d’or. Les 60 cyberdissidents emprisonnés, les centaines de milliers de sites Internet filtrés et la surveillance implacable des e-mails lui ont permis d’obtenir la plus haute distinction de cette sinistre compétition. Le président Hu Jintao se voit par ailleurs décerner le Prix du meilleur acteur pour “ses déclarations régulières sur les progrès de son pays en matière de droits de l’Homme”, ironise RSF.

Avec à ses 400 000 publications en ligne officiellement fermées, l’Arabie saoudite obtient le 1er prix de censure tandis que le Prix du geôlier revient au Vietnam pour ses 7 internautes emprisonnés. Cuba, les Maldives, la Syrie, le Zimbabwe entrent également dans le palmarès de RSF pour le contrôle du réseau, l’emprisonnement d’internautes et autres attaques contre l’Internet.

Prix spécial du jury pour la France

Les régimes dictatoriaux ne sont cependant pas les seuls concernés par le palmarès de RSF. La France est également épinglée par l’intermédiaire de Nicole Fontaine : la ministre déléguée à l’Industrie reçoit le Prix spécial du jury “pour sa proposition de loi sur l’économie numérique, un texte dangereux pour la liberté d’expression des internautes” (voir notre dossier sur la LEN). Enfin, l’ONU est récompensée du Grand prix de l’hypocrisie pour avoir accueilli des pays répressifs comme la Chine et Cuba à l’occasion de son Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI). Sommet auquel RSF avait justement été prié d’aller fouiner ailleurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur