Le réseau social Diaspora est à la recherche d’un nouveau souffle

Marketing

Deux ans après son lancement, le réseau social open source Diaspora vient de devenir un projet uniquement géré par la communauté.

Le réseau social américain Diaspora, deux ans après son lancement, a bien encore du mal à trouver son public.

Initié en septembre 2010, Diaspora a été créé par 4 étudiants de la New York University, Daniel Grippi, Maxwell Salzberg, Raphael Sofaer et Ilya Zhitomirskiy.

Dans un premier temps, les 4 acolytes étaient parvenus à obtenir 200 000 dollars de dons pour développer leur réseau social open source, présenté comme un concurrent de Facebook.

Diaspora se présente comme un site communautaire d’un nouveau genre, capable de ne pas porter atteinte à la protection de la vie privée. Les informations personnelles des membres sont en effet stockées chez les utilisateurs, et non pas au sein de serveurs gérés par une seule entité, comme c’est le cas pour Facebook.

Sous licence aGPL, le code source de Diaspora doit permettre aux développeurs intéressés d’améliorer le site.

Aujourd’hui, pour aider leur réseau social à trouver un second souffle et lui donner une chance d’exister, leurs créateurs ont décidé d’en faire un vrai « projet communautaire ».

« Nous donnons maintenant le contrôle de Diaspora à la communauté », expliquent  Daniel Grippi et Maxwell Salzberg. « En tant que projet social Free Software, nous avons pour obligation d’amener ce projet plus en avant, pour le bien de la communauté. Remettre entre les mains de la communauté les décisions liées à ce projet est la meilleure des décisions. »

Les fondateurs de Diaspora souhaitent désormais se concentrer sur un autre de leur projet, présenté cet été et baptisé Makr.io, un nouveau réseau social visuel.

 

Crédit image : Copyright Votkgrafik-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur