Réseau social : Google+ marche sur les plates-bandes de Facebook

Cloud

En lançant un ensemble de services regroupés sous l’appellation Google+, Google ne redéfinit pas le concept de réseau social, mais espère offrir une nouvelle manière d’appréhender les relations et le partage d’informations en ligne.

Disponible depuis ce jour sur l’Android Market, le nouveau réseau social de Google, Google+, sera bientôt téléchargeable sur l’App Store, mais la version Web est encore en phase de teste et accessible uniquement sur invitation.

Son implémentation fait suite aux nombreuses refontes apportées par Google à ses outils en ligne.

Après la généralisation du bouton +1, la recherche d’images ou la disparition annoncé de l’encart “J’ai de la chance”, les choix stratégiques de Larry Page semblent se porter sur la simplification de l’expérience sociale à distance.

Dans un marché dominé par Facebook et ses 750 millions d’utilisateurs, Google arrive sur la pointe des pieds, en retardataire remarqué. Combler la brèche entre Twitter, Foursquare et consorts tient actuellement de l’exploit.

Sauf quand on s’appelle Google. La firme de Mountain View entend bien s’insérer de plain-pied dans la bulle sociale via son service social Google+.

Dans cette optique ont été développés les modules +Circles, +Sparks, +Hangouts, +Huddle, +Mobile et +Stream. Une utilisation conjointe de chacun d’entre eux permettra, selon Google, “d’optimiser l’expérience procurée par les réseaux sociaux“.

Grâce à +Sparkles, les utilisateurs entreront en relation en fonction de leurs centres d’intérêt, à l’image de ce qu’offre Meetic Affinity. A ceci près que Google proscrit l’amour pour l’amitié.

Un processus auquel contribue le chat vidéo +Circles, qui fait référence aux cercles d’amis que se constitue au quotidien chaque individu.

Avec ce service, Google annonce la couleur : “Alors que les groupes et listes Facebook restent généraux et peu attrayants, +Circles permettra de distinguer plus aisément celles et ceux avec qui l’on souhaite réellement partager une information“.

Cette hiérarchisation de ses relations par subdivision s’apparente à une simple transposition de la vraie vie. Ce que ne proposent ni Facebook, ni Twitter, selon Google.

Combiné à +Sparkles, +Circles est étudié pour faciliter la recherche de contenus pertinents (en plus de 40 langues) et le débat consécutif, jusque sur les appareils mobiles.

Grâce à +Mobile, smartphones, tablettes et ordinateurs de poche deviennent des outils d’interaction qui permettent, entre autres, la géolocalisation par GPS, la messagerie instantanée ou encore le téléchargement instantané de photos vers le cloud.

Google n’initie là rien de nouveau. Mais à défaut de révolution, il était grand temps de s’aligner sur des concurrents largement en avance.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur