Réseaux mobiles : le trafic data bat à plate couture le trafic voix

4GCloudData-stockageMobilitéOpérateursRéseaux

Selon l’équipementier télécoms Ericsson, pour la première fois en décembre dernier, le trafic de données sur les réseaux mobiles a dépassé le trafic voix dans le monde. A quand la saturation des réseaux ?

Plus le nombre d’abonnés mobiles se multiplie, plus le trafic de données croît. A l’occasion de la convention CTIA Wireless qui se tient ces jours-ci à Las Vegas, Ericsson a annoncé que, pour la première fois, le trafic data avait surpassé le trafic voix sur les réseaux mobiles, en décembre dernier.

Pour arriver à cette conclusion, il a mesuré le trafic total généré sur plus de 50 réseaux dans le monde.

Ainsi, note l’équipementier télécoms suédois, les 400 millions d’abonnés mobiles haut débit arrivent, à eux seuls, à générer plus de trafic de données que le trafic voix sur un total de 4,6 milliards d’abonnements mobiles dans le monde.

“C’est un tournant historique pour les réseaux mobiles”, a estimé le groupe Ericsson dans un communiqué.

L’essor des smartphones, associés à des forfaits “illimités” permettant l’accès à l’Internet mobile, couplé à l’émergence des clés 3G offrant aux ordinateurs de se connecter au haut débit mobile, a permis au trafic data de connaître une croissance estimée à 280% au cours de ces deux dernières années.

Une telle nouvelle a de quoi alarmer les opérateurs mobiles, qui s’inquiètent depuis quelques mois d’une éventuelle saturation de leurs réseaux. Cette étude pourrait aussi servir d’électrochoc et inciter ces mêmes opérateurs à basculer plus rapidement vers la 4G (Wimax ou LTE- Long Term Evolution).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur