Réseaux optiques : le Fonds Stratégique d’Investissement parie sur 3S Photonics

Cloud

La structure d’investissement, liant la Caisse des Dépôts à l’Etat français, prend une participation minoritaire dans la société télécoms en y injectant 10 millions d’euros.

C’est le premier investissement du Fonds Stratégique d’Investissement (FSI) dans le domaine des nouvelles technologies. Cette structure d’investissement d’un nouveau genre en France, associant la Caisse des Dépôts et l’Etat français, a annoncé qu’elle comptait investir 10 millions d’euros sous forme d’une augmentation de capital dans 3S Photonics, spécialiste des composants optoélectroniques pour les réseaux télécoms.

Fidèle à sa stratégie d’accompagner des projets industriels français jugés stratégiques (et d’éviter qu’ils ne tombent dans les mains de groupes étrangers), le FSI compte “soutenir la stratégie de croissance, notamment externe, de 3S Photonics sur de nouveaux marchés”.

La société, qui a acquis un savoir-faire en matière d’amplificateurs de signal optique sur les réseaux télécoms, emploie 160 collaborateurs (dont une équipe R&D d’une trentaine de personnes située à Nozay dans l’Essonne). Son chiffre d’affaires pour la période 2007-2008 s’élève à 27,9 millions d’euros.

Le mois dernier, 3S Photonics a annoncé qu’elle avait gagné un appel d’offres lancé par l’Agence nationale de la Recherche (ANR) dans le cadre d’un projet R&D baptisé Epod (acronyme de Enhanced PON using OFDM modulation format).

Celui-ci porte sur la fibre optique appliquée aux réseaux métropolitains pour assurer des connexions très haut débit entre 200 et 300 kilomètres de distance). Orange Labs, le LISIF (une cellule rattachée au laboratoire d’électronique et d’électromagnétisme L2E en lien avec l’UPMC) et une équipe de chercheurs du labo XLIM de l’Université de Limoges (rattachée au CNRS) participent aussi au projet Epod.

Vie mouvementée

A l’origine, c’est une équipe de R&D spécialisée dans les composants photoniques qui, dans les années 80, a attiré l’attention du groupe Alcatel. Celui-ci décide de l’intégrer progressivement dans ses activités d’équipementier télécoms, au point de créer une filiale à part entière en 1994 : Alcatel Optronics.

En 2003, après la tourmente des valeurs IT et télécoms lors de l’éclatement de la bulle Internet, elle est revendue à la société californienne Avanex. En avril 1997, 3S Photonics reprend son indépendance sous la houlette d’Alexandre Krivine (actuel président et CEO) et Didier Sauvage (directeur général et vice-président R&D).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur