Les réseaux sociaux en ébullition pendant la Coupe du monde

Régulations
reseaux-sociaux-coupe-monde

L’impact sans précédent du Mondial 2014 sur l’audience de Facebook et Twitter illustre le lien fort qui existe entre réseaux sociaux et média télévisuel.

Hashtags, fonction “embed”, système d’abonnement, API permettant aux médias de diffuser des commentaires à la télévision, service destiné à mettre en avant les sujets qui font l’actualité : depuis l’été dernier, Facebook monte en puissance face à Twitter sur le terrain de l’information.

Cette rivalité s’est illustrée du 12 juin au 13 juillet 2014, à l’occasion de la Coupe du monde de football. Bien que le tournoi ait duré plus d’un mois par opposition à des rencontres d’un jour comme le Super Bowl ou à des compétitions échelonnées sur deux à trois semaines comme les Jeux olympiques, jamais un événement n’avait suscité autant d’engagement sur les réseaux sociaux.

La communauté Twitter s’agitait essentiellement durant les retransmissions des matchs en direct. Pas moins de 35,6 millions de messages ont été publiés lors de la demi-finale Brésil-Allemagne du 8 juillet. Un record pour une rencontre sportive. La finale Allemagne-Argentine du 13 juillet arrive en deuxième position avec 32,1 millions de tweets, devant le premier match du second tour (Brésil-Chili ; 16,4 millions de messages le 28 juin). Le site de micro-blogging a recensé un pic de 618 725 tweets par minute à l’issue de la grande final, contre 580 166 pour le 5e but allemand contre le Brésil en demies et 556 499 pour la réalisation de Mario Götze en prolongation contre l’Argentine.

Sur Facebook, ce sont 350 millions de membres qui ont participé au débat, avec à leur actif plus de 3 milliards d’interactions (publications, commentaires, mentions “J’aime”). Le record a été établi lors de la finale, avec 88 millions d’utilisateurs et 280 millions d’interactions. C’est mieux que le Super Bowl 2013 – finale de la Ligue nationale de football américain – et ses 245 millions d’interactions, mais aussi que la demi-finale Allemagne-Brésil (66 millions d’internautes) et le match d’ouverture Brésil-Croatie (58 millions de membres).

Près de 57% des Brésiliens inscrits sur Facebook – soit 55 millions de personnes – ont rejoint la discussion, contre 48 millions d’Américains, 19 millions de Mexicains, 18 millions d’Indonésiens et 14 millions d’Indiens. Parmi les joueurs ayant connu la plus forte augmentation de leur taux de fans figurent l’attaquant néerlandais Memphis Depay, le gardien américain Tim Howard et le défenseur suisse Ricardo Rodríguez.

coupe-du-monde-facebook

Au global, l’avant-centre brésilien Neymar aura été le joueur le plus mentionné, notamment après sa blessure aux vertèbres contractée en quarts contre la Colombie (il a gagné 15 millions de fans Facebook sur l’ensemble du tournoi). Suivent Lionel Messi (élu meilleur joueur du Mondial)… et le duo Cristiano Ronaldo – Luis Suárez : le premier est plébiscité sur Facebook ; le second, sur Twitter, essentiellement pour sa morsure sur l’Italien Giorgi Chiellini en match de poules.

En menant une étude approfondie sur son audience durant l’événement, Facebook a déterminé que les plus actifs étaient les 18-24 ans. Les chercheurs se sont également rendu compte que certains supporters “changeaient” d’équipe lorsque la leur était éliminée. Des phénomènes de rivalité (Allemagne-Italie) et des antagonismes (Brésil et Argentine contre le reste de l’Amérique latine) se sont illustrés au même titre qu’une certaine affection des supporters français pour le Portugal.

twitter-coupe-monde

L’impact sans précédent de cette Coupe du monde sur l’audience de Facebook et Twitter confirme le lien étroit qui existe entre les réseaux sociaux et le média télévisuel. Il suggère aussi un usage croissant des terminaux mobiles, qui lèvent de nombreuses barrière en matière d’accès à Internet.

Facebook, de l'intérieur

Image 1 of 14

facebook, 1601 willow road
facebook, 1601 willow road

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Facebook ?

Crédit image : Rashevskyi Viacheslav – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur