Restauration et numérique : la recette de 1001menus

CloudEntrepriseStart-up
1001-menus-site-web-hebergement

Pour donner de la visibilité à ses solutions de marketing en ligne dédiées à la restauration, la start-up parisienne 1001menus va offrir aux professionnels du secteur un nom de domaine et un site Web gratuits.

1001menus adopte une approche originale pour stimuler la digitalisation du secteur de la restauration : la start-up parisienne s’engage à offrir à tout professionnel qui en fera la demande un nom de domaine et un site Web/mobile.

Fondée en 2011 et implantée dans le 2e arrondissement de la capitale avec un effectif de 35 salariés, la jeune pousse prendra en charge l’intégralité des coûts liés à l’enregistrement et à l’hébergement. Elle amorcera le déploiement de cette offre au mois de novembre, avec une équipe dédiée… et un objectif en toile de fond : faire connaître ses solutions de gestion de la présence online destinées aux restaurateurs.

D’une activité initialement orientée sur la numérisation des menus, la ligne de business de l’entreprise s’est progressivement élargie en passant par le référencement sur les portails Web, jusqu’à englober l’ensemble des problématiques du e-marketing. 1001menus a choisi de regrouper un maximum de services au sein d’une même solution déclinée en trois niveaux de prestation.

Pour 59 euros HT par mois (ou 49,90 euros moyennant un engagement d’un an), la formule Light inclut un site Web et sa version optimisée pour les mobiles, un outil de statistiques, le suivi des appels téléphoniques, la gestion d’une page Facebook et le multiposting sur les réseaux sociaux. Elle intègre aussi la création d’une fiche sur les principaux annuaires et sites d’avis ; en l’occurrence, une quinzaine de références dont Google, Marmiton, Nomao, PagesJaunes, TripAdvisor et Yelp.

La Formule Express à 79 euros HT par mois (ou 66,60 euros pour un contrat d’un an) ajoute la gestion de la e-réputation, c’est-à-dire le suivi des interactions autour de la marque permettant d’identifier aussi bien les clients potentiels que les “bad buzz”. D’un service client par mail, on passe à l’illimité par voie téléphonique “7 jours sur 7”.

Dernier palier pour 99 euros HT par mois (ou 83,25 euros avec l’engagement annuel) : la Formule Complète, qui propose un moteur de gestion des réservations en ligne intégrable sur Facebook, un accès illimité au fichier client, un module d’envoi de newsletters et une fonction de contrôle des avis privés. Une option : la visite virtuelle à 360 degrés réalisée par un photographe agréé Google.

Issu de la première promotion de l’Accélérateur, 1001menus revendique 1500 clients en France, dont Fauchon, Fuxia et Le Manoir des Batignolles à Paris, mais aussi Dubern, Zango et Les Relais d’Alsace en Province. Après l’ouverture, ce mois-ci, d’une filiale à Londres, Xavier Zeitoun – président et cofondateur aux côtés de Julien Balmont et Thomas Zeitoun – prépare une expansion en Europe avec une cible large : les 60 % d’établissements qui, à l’échelle du continent ne disposeraient pas encore d’un site Web*.

Premiers pays visés : l’Allemagne et l’Espagne, sans distinction particulière entre les professionnels indépendants et les chaînes de restauration. La levée de fonds de 1,4 million d’euros réalisée fin 2013 avec la société indépendante de capital-investissement Elaia Partners et plusieurs business angels sera mise à contribution pour faire évoluer l’infrastructure et améliorer la localisation linguistique.

* En s’appuyant sur les données Google Analytics recueillies par 1500 de ses sites clients, 1001menus a déterminé que parmi les 8 personnes sur 10 qui surfent sur Internet pour rechercher un restaurant, près de la moitié finissent par réserver en ligne. Pour 70 % d’entre elles, la première étape du processus s’est déroulée… sur Google Search.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous de l’hébergement Web ?

Crédit photo : chuckstock – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur