Résultats 2014 : SAP monte dans le cloud sans rechigner sur les revenus logiciels

Cloud
sap-resultats-financiers-2014

SAP poursuit sa montée en puissance dans le cloud, malgré une dégradation de la marge d’exploitation. Un business évalué à 6,2% de son chiffre d’affaires global.

C’est incontournable : SAP poursuit sa mue dans le cloud. Avec la publication des résultats financiers du groupe de son exercice 2014, on scrute son ascension dans le cloud, synonyme de changement de modèle économique.

Jusqu’ici, SAP vivait bien des revenus tirés des licences logicielles mais, avec l’essor du cloud, le premier éditeur software européen doit lorgner sur ses marges à moyen terme en raison d’un business cloud fondé sur l’abonnement moins avantageux.

En l’état actuel, le cloud représente 6,2% de ses revenus globaux mais le chiffre d’affaires associé a bondi de 56% en normes IFRS (mais 45% en norme non IFRS).

Ce business génère désormais plus d’un milliard d’euros (IFRS) et il est dopé par les opérations de croissance externe du groupe présidé par Bill McDermott. Il devrait constituer environ 30% du chiffre d’affaires global de SAP à l’horizon 2020 (qui devrait se situer dans la fourchette 26 – 28 milliards d’euros).

Dans ce monde du cloud, l’éditeur allemand doit faire face à une multitude de concurrents : des groupes traditionnels comme Oracle, IBM et Microsoft mais aussi des acteurs 100% cloud offensifs comme Salesforce.com, Workday et Amazon Web Services.

Globalement, le chiffre d’affaires de SAP sur 2014 a augmenté de 4% (normes IFRS) à 17,5 milliards d’euros.

Mais l’exploitation a souffert : les dépenses ont augmenté de 7% (13,2 milliards d’euros), le résultat d’exploitation recule de 3 point (à 4,3 milliard) et la marge se réduit (- 2 points à 24,7%).

Au bout du compte, l’équivalent du résultat net (“profit after taxe”) dérape d’un petit point à 3,2 milliards d’euros, selon le communiqué.

Alors que le combat sera difficile dans le cloud, SAP peut toujours compter sur ses revenus tirés du logiciel qui pèsent 14,8 milliards d’euros en 2014 (+6%).

Silicon.fr a relevé un autre point intéressant : le succès de l’offre in-memory HANA, adoptée par une base de plus de 5800 clients.

Cette technologie permet d’exploiter en temps réel des données transactionnelles sur une plateforme unique de base de données en mémoire (et donc de s’affranchir des bases de données du concurrent Oracle). 1850 déploiements de Business Suite on HANA sont effectifs dans ce sens.

Dans le courant de l’année 2014, SAP a signé plusieurs opérations de croissance externe importantes comme Concur Technologies et Fieldglass (solutions RH). Il s’est également rapproche d’IBM et de T-Systems pour pousser le volet cloud et de Samsung pour développer des solutions de mobilité pour le compte des entreprises.

résultats-financiers-SAP-2014-tableau
Résultats financiers SAP – exercice 2014 (source : communication SAP)

(Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : 360b)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur