Résultats Amazon : le cloud franchit encore un palier

CloudE-commerceMarketing
resultats-amazon-t1-2017

Amazon a dégagé, au 1er trimestre 2017, plus de 10 % de son chiffre d’affaires et près de 90 % de sa marge d’exploitation avec le cloud.

Une fois encore, difficile de passer à côté du cloud dans les résultats financiers d’Amazon.

Pour la première fois, les revenus de la branche Amazon Web Services atteignent 10 % du C.A. trimestriel du groupe. Ils s’élèvent en l’occurrence, sur la période du 1er janvier au 31 mars 2017, à 3,661 milliards de dollars, en hausse annuelle de 43 %.

Le cloud est, de toutes les activités de la firme, le plus rentable en termes de marge d’exploitation : 890 millions de dollars, soit près d’un quart du chiffre d’affaires.

Il concentre surtout environ 90 % du résultat d’exploitation global, lequel recule légèrement d’une année sur l’autre (- 6 %, à 1,005 milliard de dollars), essentiellement du fait d’un net accroissement des pertes sur la partie e-commerce hors États-Unis – pas loin d’un demi-milliard de dollars.

Pour AWS, qui dépasse les 13 milliards de dollars de revenus sur douze mois glissants, le trimestre aura été marqué par le lancement de Chime et d’Amazon Connect. Le premier se positionne en concurrent de Skype Entreprise dans le domaine des communications unifiées. Le second est présenté comme un centre d’appels « à la demande ».

Revendiquant 351 000 employés au 31 mars 2017, contre 245 200 un an plus tôt (contractuels et emplois temporaires non compris), Amazon est plus discret sur d’autres indicateurs parmi lesquels le nombre d’abonnés à son offre Premium.

Celle-ci est intégrée dans un segment de business qui inclut tous les produits et services commercialisés sur abonnements. Les revenus associés audit segment progressent nettement (+ 52 % en un an), avoisinant les deux milliards de dollars.

Chère logistique

Disponible depuis peu au Mexique, Amazon Premium a récemment fait l’objet d’une extension en France, avec Amazon Pantry, un cybermarché axé « courses de la semaine ». De l’autre côté de l’Atlantique, le service AmazonFresh pour les achats du quotidien a été décliné sous l’angle du click & collect, avec l’expérimentation d’un drive à Seattle.

La ville de naissance d’Amazon est aussi les théâtre d’un test sur un concept d’épicerie du futur : Amazon Go. L’ouverture au grand public a été retardée en raison de problèmes liées notamment au process de facturation automatique.

Avec toutes ces initiatives qui touchent au commerce physique, les coûts de logistique augmentent : on approche des 5 milliards de dollars sur le trimestre (+ 27 %). Les dépenses marketing augmentent en parallèle (+ 34 %, à 1,92 milliard), tout comme les investissements dans la R&D et les contenus (+ 37 %, à 4,813 milliards).

Sur un chiffre d’affaires de 35,714 milliards de dollars (+ 23 %), le résultat net ressort, compte tenu d’un taux d’imposition plus favorable qu’il y a un an, à 724 millions (+ 41 % ; 1,48 dollar par action).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur