Résultats Box : ce n’était pas la saison ?

CloudData-stockage
resultats-box-t1-2017
4 0

Box évoque un phénomène de saisonnalité pour justifier la hausse moins importante que prévu de ses facturations sur son dernier trimestre d’activité.

Une saisonnalité de plus en plus marquée : ainsi Box justifie-t-il ce qui lui a valu un net repli ce mercredi dans les échanges d’après-Bourse (- 12,04 %, à 11,25 dollars sur le NYSE) à la suite de la publication de ses résultats financiers.

L’indicateur en question, froidement accueilli par les investisseurs, c’est le montant des facturations réalisées sur le dernier trimestre d’activité : à 75,9 millions de dollars (+ 9 % d’une année sur l’autre), il s’établit en deçà des attentes.

L’augmentation du chiffre d’affaires est plus nette : + 37 %, à 90,155 millions de dollars, en intégrant, donc, certains revenus différés, associés à des facturations antérieures. La croissance est similaire pour le CA à percevoir sur les prochains trimestres : 172,184 millions de dollars, soit + 39 %.

Impactée par les investissements consentis dans les ressources datacenter, la marge brute recule de près de 5 points en un an, à 69,1 % du chiffre d’affaires (62,296 millions de dollars en normes comptables GAAP, excluant notamment l’amortissement et les rémunérations à base d’actions ; voir la synthèse des résultats).

À 26,907 millions de dollars pour la R&D, 59,472 millions pour le commercial/marketing et 14,509 millions pour l’administratif, les dépenses d’exploitation se stabilisent. Elles restent toutefois élevées, atteignant en l’occurrence 100,888 millions de dollars.

Bilan : le résultat d’exploitation est négatif, à – 38,6 millions de dollars, soit 43 % du chiffre d’affaires (contre – 46,6 millions l’année précédente, soit 71 % du CA). Le résultat net s’affiche quant à lui à – 38,575 millions de dollars, pour une perte de 31 cents par action.

Fidélisation

Box a aussi creusé dans sa trésorerie, à hauteur d’environ 10 millions de dollars pour accompagner l’implantation de son nouveau siège social à Redwood City (Californie) et de près de 4 millions pour clore un litige avec OpenText sur des questions de propriété intellectuelle.

Sur le premier trimestre de son année fiscale 2017 (achevé le 30 avril dernier), le spécialiste américain du stockage en ligne – qui présente son offre comme une « plate-forme collaborative » – a recruté 5 000 entreprises supplémentaires pour ses offres payantes, soit 62 000 au total.

Revendiquant toujours un effectif de « plus de 1 300 employés », il insiste sur l’augmentation de la valeur nette des contrats avec les clients existants : + 19 %, tandis que le taux de churn se maintient à 3 %.

Les alliances avec Apple, IBM ou encore Microsoft y contribuent probablement, au même titre que les services lancés ces derniers mois.

En tête de liste, Box Zones, qui permet, en association avec IBM et Amazon Web Services, le stockage de données dans plusieurs zones d’Europe et d’Asie.

Le trimestre a également été marqué par la disponibilité générale de l’offre « Box KeySafe with AWS Key Management Service ». Laquelle consiste en une déclinaison d’Enterprise Key Management, toujours pour la gestion centralisée des clés de chiffrement, mais avec des appliances cryptographiques virtualisées.

Les prévisions pour le trimestre en cours font état d’un chiffre d’affaires dans la fourchette de 94 à 95 millions de dollars, pour une perte nette de 36 ou 37 cents par action.

Crédit photo : fotogestoeber – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur