Résultats Criteo : une croissance qui séduit la Bourse

BourseEntrepriseMarketingPublicitéRégulations
resultats-criteo-t2-2014
1 1

Les marchés ont positivement accueilli le bilan trimestriel publié ce 5 août par le fournisseur français de solutions publicitaires ciblées sur Internet.

Chiffre d’affaires et bénéfice net en hausse, croissance des activités à l’international, développement rapide sur le mid-market : la dynamique de Criteo ne laisse pas les marchés insensibles.

Coté sur le Nasdaq, le titre boursier du spécialiste français du ciblage publicitaire connaît une embellie depuis le 5 août et la publication des résultats financiers pour le 2e trimestre de l’exercice fiscal 2014 à conclure au 31 décembre. Valorisée à 1,8 milliard de dollars, la société Internet cofondée et présidée par Jean-Baptiste Rudelle affiche une progression significative de ses ventes : 165,3 millions d’euros, soit 66,3% de plus qu’il y a un an. Hors TAC (« Traffic acquisition cost », c’est-à-dire les commissions redistribuées aux partenaires), le CA augmente de 67,4%, représentant, à 67 millions d’euros, environ 40% des revenus globaux.

Autre indicateur dans le vert : le bénéfice net de 8 millions d’euros (4 centimes par action), contrastant avec les pertes de 5,6 millions (11 centimes par action) enregistrées un an plus tôt. Criteo compte désormais 6131 clients, dont 514 recrutés sur la période d’avril-juin (+43% en un an). Parmi les nouveaux venus en zone EMEA (Europe – Moyen-Orient-Afrique) figurent des références comme ING, PayPal, Samsung et Voyages-SNCF.

Mais la plus forte croissance en termes de revenus hors TAC provient d’Asie-Pacifique : +98,7% d’une année sur l’autre, à 34,2 millions d’euros. Des facturations qui restent toutefois inférieures à celles des zones Amérique (+62,7%, à 46,9 millions d’euros) et EMEA (+57,8%, à 84,2 millions d’euros).

Au 30 juin 2014, la trésorerie s’élève à 242,9 millions d’euros, contre 234,3 millions au 31 décembre 2013. Les lourds investissements consentis pour « anticiper la croissance future » ont pesé dans la balance : 53,7 millions d’euros dépensés (+43,6% entre 2013 et 2014), essentiellement pour des embauches en R&D (10,8 millions d’euros injectés) et dans les forces de vente (+ 60% de collaborateurs ; 31,8 millions d’euros consommés).

Le 1er semestre 2014 aura été marqué par les rachats successifs de Tedemis (reciblage publicitaire sur le canal e-mail) et d’AdQuantic (start-up française spécialisée dans l’optimisation des campagnes search). Criteo a également ouvert un bureau à Moscou pour couvrir les marchés russophones et confirmé sa prise de position sur mobile grâce à l’intégration des technologies d’AD-X Tracking, jeune pousse rachetée à l’été 2013.

Au mois de juin, une nouvelle version du moteur de prédiction a été lancée après trois ans de développement au sein de CriteoLabs. Fondée sur des technologies open source comme Hadoop, cette plate-forme est aujourd’hui mise à disposition d’environ 60% des clients. Elle est dite capable de traiter « jusqu’à 15 millions de prédictions par seconde et de répondre en 20 millisecondes ». Ce qui permet à Criteo de stocker au quotidien, dans ses data centers implantés en Europe, Asie et Amérique, plus de 20 To de données liées à ce moteur de prédiction.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur la publicité en ligne ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur