Résultats Facebook : l’édifice publicitaire atteint des sommets

EntrepriseMarketingPublicitéSocial Media
resultats-facebook-t4-2016
2 3

Les performances du business publicitaire confortent Facebook dans ses projets annexes, autour notamment de la vidéo, axe stratégique pour 2017.

Des résultats record pour une date anniversaire.

Ce mercredi 1er février 2017, cinq ans tout juste après l’enclenchement de sa procédure d’introduction en Bourse, Facebook a fait état de revenus trimestriels sans précédent.

Sur la période du 1er octobre au 31 décembre 2016, le chiffre d’affaires atteint 8,809 milliards de dollars, en croissance de 51 % d’une année sur l’autre.

Près de 98 % de cette somme provient de la publicité, portée par une hausse de 49 % des impressions.

Le mobile continue à prendre de l’importance : il représente 84 % des revenus publicitaires, contre 80 % il y a un an.

Les temps changent

Facebook revendique désormais 4 millions d’annonceurs sur son réseau social. Il faut y ajouter les 500 000 recensés sur Instagram, qui compte, au dernier pointage, 600 millions d’utilisateurs actifs par mois (400 millions par jour).

Dans la galaxie Facebook, il y a aussi WhatsApp, qui « remplace vraiment les SMS sur de nombreux marchés », selon Mark Zuckerberg.

Autant de plates-formes qui permettent de diversifier l’offre publicitaire, au-delà des annonces sur la droite du fil d’actualités, lesquelles sont « de moins en moins porteuses en termes de revenus », comme le reconnaît le directeur financier David Wehner.

Du côté de la directrice des opérations Sheryl Sandberg, on met l’accent sur la dimension contextuelle à travers les « Dynamic Ads », personnalisées en fonction des préférences, du comportement, de la géolocalisation et éventuellement de l’agenda des utilisateurs.

L’Asie malgré la Chine

Facebook, dont l’effectif a grandi d’un tiers en 2016 pour avoisiner les 17 000 employés, affiche, sur le mois de décembre, 1,86 million d’utilisateurs actifs (connectés au moins une fois). C’est 269 millions de plus qu’en décembre 2015.

La zone Asie-Pacifique est la plus dynamique en termes de recrutement, avec 133 millions d’utilisateurs supplémentaires d’une année sur l’autre (le compteur en est à 673 millions). Facebook attribue cette progression aux offres promotionnelles sur les forfaits data, aux efforts de Google avec Android… mais aussi à son initiative Internet.org.

Cette dernière vise à améliorer la connectivité dans les zones reculées du globe. Elle implique la mise en œuvre d’avions solaires. Dans le cadre de leurs travaux en la matière, les laboratoires de Facebook sont récemment parvenus à transmettre des données sur une distance de 13 km à 20 Gbit/s, en consommant l’énergie nécessaire pour alimenter une ampoule électrique.

Plus de 90 % des utilisateurs actifs utilisent un appareil mobile. Ils sont même 1,149 milliard à se connecter exclusivement par ce biais (+ 326 millions en un an).

Combien tu vaux ?

L’Amérique du Nord reste la locomotive, avec 52 % du chiffre d’affaires, devant l’Europe (23 %), l’Asie-Pacifique (15 %) et le « reste du monde » (10 %, sachant que les revenus sont attribués en fonction de la géolocalisation de l’utilisateur final).

Le revenu moyen par utilisateur progresse de 29 %, à 4,83 dollars. Il est très inégal entre les zones géographiques et l’écart se creuse : + 69 % en Amérique du Nord, à 19,81 dollars, contre + 29 % en Asie-Pacifique, à 2,07 dollars (l’Europe affichant 31 % de croissance, à 5,98 dollars).

Les dépenses d’exploitation, particulièrement contenues en R&D (1,563 milliard de dollars ), augmentent moins vite que le C.A. et cela se ressent dans le résultat d’exploitation, qui s’établit à 4,566 milliards de dollars (+ 78 %).

En tenant compte d’un taux d’imposition de 21 %, le résultat net s’élève à 3,568 milliards de dollars (+ 128 %), soit 1,21 dollar par action en normes comptables GAAP – voir la synthèse des résultats au format PDF.

Crédit photo : Facebook


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur