Résultats financiers : HP attend l’éclaircie

Régulations
hp-smartphones

A l’issue d’un trimestre difficile sur le marché BtoB, HP rend une copie en demi-teinte avec un chiffre d’affaires en recul, malgré la bonne tenue du SaaS et des systèmes d’impression.

En mai dernier, à l’heure de dévoiler ses résultats financiers du 1er trimestre 2013, HP avait, malgré un chiffre d’affaires en recul, revu ses prévisions à la hausse pour la suite de l’année.

L’éclaircie escomptée n’est s’est pas encore dessinée : toujours englué dans l’affaire Autonomy, le groupe informatique présidé par Meg Whitman a rendu ce 21 août une copie en demi-teinte.

Ses résultats sont conformes aux attentes du marché, avec un chiffre d’affaires de 27,2 milliards de dollars, en baisse de 8% par raport à la même période l’an dernier.

Le bénéfice net s’élève à 1,39 milliard de dollars (-14%), soit 71 cents par action (normes GAAP).

Avec moins de charges de restructuration qu’au cours des précédents trimestres, la multinationale a généré un flux de trésorerie de 2,67 milliards de dollars (-6%)… dont 283 millions répartis en dividendes, à raison de 14 cents par titre.

La contribution de la division PPS (Printing & Personal Systems) reste importante, à 13,5 milliards de dollars.

Mais sur un an, les ventes d’ordinateurs, tous facteurs de forme confondus, connaissent un repli de 11% en valeur, à 7,7 milliards de dollars, avec une chute de 9% pour le desktop, de 14% pour les notebooks… et de 22% sur l’ensemble du segment grand public.

Une tendance en phase avec la situation sur le marché mondial du PC, qui a lui aussi connu un coup d’arrêt au 2e trimestre (-11% de livraisons), tout comme au 1er trimestre, d’ailleurs (-13,9%).

Même dynamique pour les systèmes d’impression, qui ont généré 5,8 milliards de dollars (-4% sur un an).

La marge brute reste toutefois forte (15,6%) et l’activité enregistre une croissance de +12% sur le segment grand public, qui adopte massivement les dispositifs à technologie jet d’encre connectés sans fil.

C’est plus délicat sur le BtoB : les revenus générés par l’Enterprise Group ont baissé de 9% par rapport à la même période en 2012 : c’est le calme plat concernant le réseau ; pas les serveurs (-11%), ni le stockage (-10%), ni les services associés (-7%).

Seule la division Software progresse, légèrement à 982 millions de dollars (+1%), avec une marge de 20,5% tirée par le SaaS (+4%) et les prestations de support technique (+4%).

HP affiche néanmoins un résultat global en retrait pour le quatrième trimestre consécutif. L’entreprise n’a plus dépassé les 30 milliards de chiffre d’affaires depuis la période d’avril-juin 2012.

Elle en avait généré 127 milliards sur toute l’année 2011 et 120 milliards en 2012.

Les analystes en attendent, pour 2013, 111 milliards, avec un bénéfice net de 2,55 dollars par action (normes GAAP). Et il est question, pour 2014, d’un nouveau coup de bâton (107 milliards de dollars).

Ce qui pourrait entraîner des réductions de masse salariale.

HP, qui compte plus de 300 000 employés dans le monde, s’apprêterait d’ailleurs, selon la presse américaine, à remanier des postes clés de son top management.

Le directeur marketing Marty Homlish et le vice-président de l’activité Entreprise Dave Donatelli pourraient sous peu être investis dans de nouvelles fonctions.

En fermeture de séance ce mercredi à New York, l’action Hewlett-Packard (HPQ au Nasdaq) perdait 1,78% de sa valeur, à 25,38 dollars. Dans les échanges d’après-Bourse, elle cédait plus de 2%.

action-hp-21-08-2013

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les sous-traitants des géants de la high-tech ?

Crédit photo : HP


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur