Résultats HP : une réorganisation qui tombe à pic ?

EntrepriseManagementRessources humaines
hp-resultats-2015
3 1

Le 31 octobre dernier, soit la veille de sa scission en deux entités, HP achevait son exercice fiscal 2015 décalé. Une période difficile, y compris sur la partie entreprise.

Effective en date du 1er novembre 2015, la scission des activités de HP en deux entités aura coûté a minima 1,259 milliard de dollars.

C’est le montant de la charge retenue à ce titre par la multinationale dans le bilan financier de son dernier exercice fiscal, achevé le 31 octobre, c’est-à-dire à la veille de cette « transformation » qui vise à « améliorer l’efficacité opérationnelle » du groupe.

Une équipe de 500 personnes a été constituée pour superviser la transition, notamment en matière de migration des données et de clonage des programmes informatiques.

Les prochains résultats trimestriels donneront une première indication sur les performances de chacune des deux sociétés nées de cette scission (HP Entreprise, qui parie sur les services IT et cloud ; HP Inc, qui se concentre sur les PC, les tablettes, les copieurs et les imprimantes).

En attendant, on constate que l’année fiscale 2015 a été difficile : le chiffre d’affaires ressort à 103,4 milliards de dollars, contre 111,5 milliards l’année précédente.

En proportion, les coûts des ventes sont stables (78,956 milliards de dollars). Les dépenses d’exploitation sont quant à elles contenues, à 15,687 milliards de dollars (dont 3,502 milliards en R&D), contre près de 17 milliards un an plus tôt. Et les charges de restructuration baissent, à 1,017 milliard de dollars.

Cela ne suffit pas, néanmoins, à empêcher la baisse du résultat net, annoncé à 4,554 milliards de dollars, contre 5,013 milliards sur l’exercice fiscal précédent. Le bénéfice par action s’élève ainsi à 3,59 dollars (- 4 % d’une année sur l’autre), dans la fourchette basse des estimations. On notera que HP a versé pour 1,25 milliard de dollars de dividendes et racheté environ 82 millions d’actions pour 2,883 milliards de dollars.

Le desktop souffre ; le stockage aussi

La répartition géographique du chiffre d’affaires est stable d’un exercice à l’autre. L’essentiel de l’activité se trouve encore aux États-Unis, à hauteur de 36 % du CA. La plus forte baisse est enregistrée en zone Europe – Moyen-Orient – Afrique (- 11 %, mais – 3 % à taux de change constant).

La division PPS (« Printing and Personal Systems Group ») concentre 49 % du CA : 20 % pour les solutions d’impression et 29 % pour le reste de l’offre hardware, à savoir les PC et tablettes.

D’une année à l’autre, les livraisons de ces terminaux diminuent de 3 % en volume. En valeur, la baisse est beaucoup plus importante sur le segment desktop (- 17 %, à 10,941 milliards de dollars) que sur les notebooks (- 2 %, à 17,271 milliards). Les stations de travail se maintiennent au-dessus des 2 milliards de dollars.

Sur la partie PC/tablettes, le CA accuse un repli annuel de 8 %, pour un résultat d’exploitation également en recul, à 1,064 milliard de dollars (3,4 % du CA).

Cet indicateur est plus favorable sur la partie Printing, à 3,865 milliards de dollars, soit 37 % du résultat d’exploitation global du groupe, malgré des livraisons à – 7 % en volume, un CA en baisse de 6 % sur les consommables et un déclin marqué pour l’activité BtoB (- 9 % en valeur dégagée).

La dynamique est meilleure pour l’Enterprise Group, dont le CA augmente de 1 %, à 27,907 milliards de dollars, pour un résultat d’exploitation stable, à 3,981 milliards. L’activité est toujours portée par les serveurs (+ 8 %, à 13,412 milliards de dollars). Elle progresse aussi sur le réseau (+ 8 %, à 2,846 milliards), mais décline sur le stockage (- 4 %, à 3,18 milliards, malgré un + 11 % pour le convergé) et sur les systèmes critiques (- 13 %, à 807 millions de dollars).

Les autres compartiments de l’offre concentrent 25 % du chiffre d’affaires. On y trouve les « services aux entreprises » (dont l’outsourcing, qui rapporte 12,107 milliards de dollars), le logiciel (3 % du CA, avec néanmoins une marge élevée) et le services financiers.

Crédit photo : Ken Wolter – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur