Résultats HP : une éclaircie en fin d’année fiscale

Régulations
hp-resultats-t3-2013

A l’issue d’un exercice fiscal 2013 marqué par une baisse de son chiffre d’affaires et de sa marge, HP reste une société rentable et entrevoit les premiers fruits de son plan de restructuration.

En mai dernier, à l’heure de dévoiler ses résultats financiers du 1er trimestre 2013, HP avait, malgré un chiffre d’affaires en recul, revu ses prévisions à la hausse pour la suite de l’année.

L’éclaircie escomptée ne s’était pas dessinée au 2e trimestre : toujours engluée dans l’affaire Autonomy, la multinationale rendait une copie en demi-teinte, malgré la bonne tenue du SaaS et des systèmes d’impression.

Le bilan sur la période de juin-septembre – qui conclut l’année fiscale 2013 de HP – est plus flatteur… ou tout du moins meilleur que prévu.

Durement touchée par le déclin des ventes de PC, la firme voit ses revenus chuter de 3% sur un an, à 29,1 milliards de dollars. Mais en tenant compte des mouvements des devises, cette baisse n’est plus que de 1%.

Si le chiffre d’affaires sur l’année recule de 7% à 112,3 milliards de dollars, c’est le résultat net qui surpasse les attentes du marché : 1,4 milliard de bénéfice (soit 0,73 dollar par action en normes GAAP), contrastant avec les 6,9 milliards de pertes enregistrés sur la même période en 2012.

La contribution de la division PPS (Printing & Personal Systems) reste importante, à 14,6 milliards de dollars.

Mais sur un an, les ventes d’ordinateurs, tous facteurs de forme confondus, connaissent un repli de 2% en valeur, à 8,5 milliards de dollars, avec une chute de 3% pour le desktop, de 2% pour les notebooks… et de 10% sur l’ensemble du segment grand public.

Le bilan est aussi terni par la hausse des charges de restructuration et des dépenses exceptionnelles liées notamment à des acquisitions.

En intégrant ces éléments de comptabilité, HP a généré un flux de trésorerie de 2,8 milliards de dollars (-31%)… dont 763 millions répartis en dividendes.

Et le résultat net sur l’année fiscale s’élève à 5,1 milliards de dollars.

Comme le note Silicon.fr, c’est en dessous de la fourchette annoncée par le constructeur, mais bien mieux que les 12,7 milliards de dollars de pertes annoncés un an plus tôt.

En dépit d’une repli de son CA et d’une légère contraction de sa marge (de 9,3% en 2012 à 8,5% en 2013), HP reste aujourd’hui une société rentable.

Les efforts de restructuration amorcés sous l’ère Meg Whitman semblent avoir permis au groupe de revenir dans le vert. Un mouvement qui restera à confirmer en 2014.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les sous-traitants des géants de la high-tech ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur