Résultats Intel : la croissance est dans le data center

EntrepriseFiscalitéRégulations
resultats-intel-t1-2015

Les marchés ont salué la progression des activités d’Intel dans le data center. C’est plus compliqué sur le PC et les technologies mobiles.

Les marchés ont positivement accueilli la publication des résultats financiers d’Intel pour le 1er trimestre de son exercice fiscal 2015, conclu le 28 mars dernier : le leader mondial des semi-conducteurs a vu le cours de son action bondir de 3,18 % – à 32,49 dollars – ce mardi dans les échanges d’après-Bourse.

Les investisseurs n’ont pas tant salué un chiffre d’affaires stable d’une année sur l’autre (12,781 milliards de dollars), mais plutôt cette hausse de la marge brute (+ 0,9 point, à 60,5 %) qui laisse augurer d’un meilleur flux de trésorerie sur le court terme.

Ressortant à 1,992 milliard de dollars (soit 41 cents par action), le bénéfice net connaît une légère progression annuelle et s’inscrit dans les prévisions du consensus. Lequel s’attend à de meilleures performances sur le trimestre en cours ; tout comme Intel, qui prévoit un CA dans la fourchette de 12,7 à 13,7 milliards de dollars, ainsi qu’une croissance de sa marge brute à 62 %.

Le bilan du 1er trimestre 2015 est contrasté en fonction des activités. Le Client Computing Group, qui inclut désormais la partie mobile et les solutions de connectivité en plus du PC, dégage un chiffre d’affaires de 7,4 milliards de dollars, en recul de 8 % d’une année sur l’autre.

Au global, les volumes de ventes augmentent (+ 6 % ; et + 45 % sur le segment des tablettes, avec 7 millions d’unités équipées en composants Intel), mais le prix de vente moyen diminue (- 13 %). Le mobile ayant été intégré au sein du Client Computing Group, ses résultats ne sont plus différenciés ; on notera qu’en 2014, l’activité avec engendré… 4,21 milliards de dollars de pertes.

A contrario, la division Data Center (serveurs, réseau, stockage) a le vent en poupe : ses ventes augmentent de 19 % sur un an (3,7 milliards) et il s’agit de l’activité la plus « rentable ». L’Internet des objets progresse lui aussi, mais ne représente encore que 533 millions de dollars de CA (+ 11 %). C’est presque autant que les logiciels et services (- 3 %, à 534 millions de dollars).

Sur la période hivernale, Intel a poursuivi son programme de rachat d’actions à hauteur de 750 millions de dollars, tout en versant 1,1 milliard de dividendes. Les dépenses marketing (1,953 milliard) ont été stables, tout comme les investissements en R&D (2,846 milliards).

La multinationale accorde à l’Internet des objets une place prioritaire sur sa feuille de route 2015. En témoignent les récentes acquisitions de Composyt Labs (technologies d’affichage portable ultra-compact) et Lemoptix (microprojecteurs laser).

Intel a également lancé les cartes Galileo (compatibles Arduino), le nano-ordinateur Edison (de la taille d’une carte SD) et une plate-forme dédiée tournée vers la construction d’un écosystème de partenaires. Le groupe est est par ailleurs impliqué dans la création de l’Open Internet Consortium, qui a vocation à définir des certifications et des standards communs pour les appareils connectés.

La sécurité constitue un autre terrain de conquête prioritaire. Ainsi les nouveaux smartphones Samsung Galaxy S6 (y compris le modèle Edge) embarquent-ils la technologie McAfee VirusScan Mobile.

Les solutions McAfee s’incrustent aussi sur les montres connectées, à travers la LG Watch Urbane LTE. Auprès des opérateurs télécoms, Intel adopte une approche basée sur la biométrie, avec la reconnaissance faciale et la lecture d’empreintes digitales.

Crédit photo : Ken Wolter – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur