Résultats Intel : le data center en attendant l’IoT

BourseCloudDatacentersEntreprise
resultats-intel-t2-2015
3 3

Le bilan d’Intel pour le 2e trimestre dénote une progression des activités associées au data center et à l’Internet des objets. C’est plus difficile sur le PC et la mobilité.

La publication des résultats financiers d’Intel pour le 2e trimestre de son exercice fiscal 2015 – conclu le 27 juin dernier – n’a pas laissé les marchés insensibles : le cours boursier du leader mondial des semi-conducteurs a dépassé les 30 dollars (+ 1,38 %) après la clôture des échanges sur le Nasdaq.

Les investisseurs n’ont pas tant salué la performance globale du groupe qui compte désormais 106 700 employés, mais plutôt la nette progression de ses activités dans le data center (serveurs, réseau, stockage). Le chiffre d’affaires augmente en l’occurrence de 10 % d’une année sur l’autre, à 3,85 milliards de dollars.

Les volumes de ventes sont aussi en hausse (+ 5 %), tout comme le prix moyen des équipements (même pourcentage de progression). Si bien que le Data Center Group s’impose, dans l’absolu, comme la branche la plus « rentable », avec un bénéfice d’exploitation de 1,843 milliard de dollars, stable entre 2014 et 2015.

On ne peut pas en dire autant du Client Computing Group. Cette division, centrée à l’origine sur le monde du PC et dans laquelle la partie mobile est intégrée depuis désormais deux trimestres*, affiche un CA en recul de 14 % sur un an, à 7,357 milliards de dollars – et un résultat d’exploitation en repli, à 1,602 milliard.

Les processeurs représentent toujours l’essentiel des ventes (plus de 7 milliards de dollars, contre 413 millions pour les solutions de connectivité), mais Intel en livre de moins en moins : – 11 % sur le marché des notebooks… et – 22 % sur le segment desktop. Dans le même temps, le prix moyen des puces chute (- 2 % pour les ordinateurs portables ; – 6 % pour les PC de bureau). Seul le nombre de tablettes équipées en composants Intel augmente (+ 11 %, à 10 millions d’unités sur le trimestre).

L’IoT qui monte

L’IoT Group, sous la direction duquel son placées les plates-formes pour les systèmes embarqués, poursuit son développement, mais ses facturations, quoique en hausse annuelle de 4 %, ne s’élèvent encore qu’à 559 millions de dollars. C’est assez, néanmoins, pour dépasser les logiciels et services : 534 millions de dollars (- 3 %) pour ce portefeuille d’offres regroupant la sécurité des postes de travail, des réseaux et des données ou encore la gestion des risques et de la conformité.

En dépit d’un CA global en baisse (- 5 %, à 13,195 milliards de dollars, surpassant le consensus à 13,04 milliards), Intel parvient à préserver une marge brute élevée (62,5 %) augurant d’un bon flux de trésorerie sur le court terme.

Quant au résultat net, en léger retrait (- 3 %, à 2,796 milliards de dollars), il ne se fait pas ressentir pour les actionnaires, pour lesquels le bénéfice est stable d’une année sur l’autre, à 55 cents par titre. Il faut dire qu’Intel a poursuivi, pendant la période printanière, son programme de rachat d’actions, à hauteur de 697 millions de dollars – tout en payant 1,1 milliard en dividendes.

Comparé à la même période en 2014, les dépenses marketing sont restées stables, à environ 2 milliards de dollars. Même constat pour les investissements en R&D, qui avoisinent les 3 milliards. Les prévisions pour le trimestre en cours font état d’un chiffre d’affaires dans la fourchette de 13,8 à 14,8 milliards de dollars.

* Les derniers indicateurs différenciés pour l’activité mobile faisaient état de 4,21 milliards de dollars de pertes sur l’exercice fiscal 2014.

Crédit photo : g0d4ather – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur