Résultats Lenovo : du vert au rouge avec Motorola

EntrepriseFusions-acquisitionsMobilitéPCPoste de travailSmartphonesTablettes
resultats-lenovo-2015
0 0

Pour la première fois depuis 2009, Lenovo accuse des pertes sur son dernier exercice fiscal. L’intégration de Motorola Mobility a pesé dans la balance.

C’est une première depuis 2009 : Lenovo est dans le rouge sur son dernier exercice fiscal.

L’intégration délicate des activités de Motorola Mobility a pesé dans les finances du groupe high-tech chinois, dont le chiffre d’affaires baisse de 3 % d’une année sur l’autre, à 44,912 milliards de dollars.

Dans l’absolu, la restructuration annoncée l’été dernier a permis d’économiser près de 700 millions de dollars sur la période d’octobre 2015 à mars 2016 – correspondant au 2e semestre de l’exercice fiscal.

La baisse des dépenses d’exploitation s’est particulièrement ressentie sur le dernier trimestre : 1,27 milliard de dollars (soit 13,9 % du CA), c’est 23 % de moins qu’un an auparavant. Mais on ne peut pas en dire autant sur l’ensemble de l’année : à 6,686 milliards de dollars, elles augmentent de 20 %.

Même dynamique pour le résultat net, qui s’établit à 180 millions de dollars sur le dernier trimestre (+ 80 %), sans pour autant parvenir à inverser la tendance sur l’année : 128 millions de dollars de pertes, soit 1,16 dollar par action, contrastant avec les 829 millions de bénéfice dégagés sur l’exercice précédent*.

Dans un entretien au Wall Street Journal, le CEO Yang Yuanqing reconnaît que Lenovo a sous-estimé la charge que représenterait l’absorption de Motorola Mobility, dont l’essentiel des actifs ont été acquis en 2014 auprès de Google.

Le Mobile Business Group, qui associe les téléphones vendus sous les marques Motorola et Lenovo, ainsi que les tablettes Android et les Smart TV, a cependant atteint l’équilibre au cours de l’automne, grâce à des livraisons en progression sur les marchés émergents (+ 96 % en Asie-Pacifique ; + 46 % en Amérique latine).

Problème : l’activité recule nettement en Chine, où Lenovo peine à s’adapter à l’évolution des méthodes de consommation, les acquisitions de smartphones se faisant de moins en moins par le biais des opérateurs.

ZUK et Tango

Sur les 66,1 millions de smartphones que le groupe dit avoir écoulés sur son exercice fiscal 2015-2016 (- 13 %), 51 millions l’ont été hors de Chine.

Mais la demande ne se porte pas beaucoup mieux dans des zones stratégiques comme l’Amérique du Nord. Si bien que la part de marché mondiale de Lenovo plonge à moins de 5 %, coïncidant avec les dernières estimations de Gartner.

La relance passera peut-être par le lancement – prévu dans une dizaine de jours – d’un smartphone basé sur la plate-forme Tango de Google, laquelle se base sur des technologies de capture en 3D vouée à « donner aux terminaux mobiles une compréhension humaine de l’espace et du mouvement ».

Sur le marché chinois, qui représente 26 % du chiffre d’affaires de Lenovo sur son dernier trimestre d’activité, l’accent sera mis sur la marque ZUK, avec des smartphones qui exploitent Cyanogen, une version dérivée d’Android.

Reste un point d’interrogation sur le PC Group, qui comprend les ordinateurs et tablettes Windows. Sa part de marché mondiale s’est stabilisée autour de 21 % (+ 1,3 point), mais les volumes de ventes diminuent et avec eux, le chiffre d’affaires, à 6,2 milliards de dollars sur le dernier trimestre.

* Lenovo n’est dans le rouge que sur le 2e trimestre de son exercice fiscal, mais avec des pertes avoisinant les 700 millions de dollars (voir la synthèse des résultats).

Crédit photo : olegganko – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur