Résultats Microsoft : un boulet nommé Nokia

CloudMobilitéOS mobilesSmartphones
resultats-microsoft-t2-2015
6 4

Les charges occasionnées par l’intégration des activités Terminaux et Services de Nokia plombent les résultats trimestriels de Microsoft, qui progresse sur le cloud.

La délicate absorption des activités Terminaux et Services de Nokia a nettement impacté les performances de Microsoft sur le dernier trimestre de son exercice fiscal 2015, achevé le 30 juin dernier.

Le premier éditeur mondial chiffre à 7,5 milliards de dollars le montant des charges liées à cette intégration. En y ajoutant 940 millions de dollars engagés dans la restructuration globale des activités du groupe, le débours s’élève à 8,4 milliards de dollars, contre 127 millions sur la même période en 2014.

La sanction est immédiate sur le résultat net, qui ressort dans le rouge, à – 3,195 milliards de dollars (40 cents par action en normes GAAP ; voir la synthèse comptable), contrastant d’autant plus avec les 4,612 milliards dégagés un an plus tôt.

C’est sans compter l’évolution des taux de change associée à la hausse du dollar : le phénomène a occasionné, selon Microsoft, un manque à gagner de 763 millions de dollars justifiant pour partie le recul du chiffres d’affaires (- 5 %, à 22,18 milliards de dollars).

Ne parvenant pas à se positionner en haut de gamme avec son système d’exploitation Windows Phone, la multinationale voit sa marge brute se contracter de 7 % d’une année sur l’autre (- 3 % à taux de change constant).

Autant d’indicateurs sanctionnés par les marchés : – 4,53 % ce mardi dans les échanges d’après-Bourse pour l’action Microsoft, à 45,14 dollars.

Surface émerge

Si l’on segmente les revenus par activité, on perçoit une montée en puissance du cloud, qui génère 8 milliards de dollars sur 12 mois glissants, avec des produits comme Office 365, Azure et Dynamics CRM Online qui affichent une croissance à deux chiffres.

C’est moins florissant pour la division Devices and Consumer, dont le CA baisse de 13 %, à 8,7 milliards de dollars.

Le plus fort recul ne se trouve pas du côté des licences Windows (- 34 %, essentiellement à cause de la fin de l’épisode Windows XP), mais sur les téléphones mobiles : – 38 %, à 1,234 milliard de dollars, avec 27,8 millions d’unités vendues (36,1 millions au 2e trimestre 2014), dont 8,4 millions sous la marque Lumia.

A contrario, le reste du hardware monte en puissance : 2,3 milliards de dollars de CA (+ 44 %), dont 888 millions pour les tablettes Surface (+ 117 %), sachant que le modèle Surface 3 a été lancé au mois de mai.

Les consoles Xbox se porte également bien : + 27 % de CA, essentiellement grâce à la plate-forme Xbox Live (+ 58 %) et aux jeux Microsoft, comme Minecraft, acquis en novembre 2014.

La division Devices and Consumer inclut aussi le business des liens sponsorisés, qui frôle le milliard de dollars (+ 21 %), profitant de la hausse des parts de marché de Bing sur la recherche en ligne aux États-Unis (20 %).

L’autre division (« Commercial ») dégage un chiffre d’affaires stable d’une année sur l’autre, à 13,5 milliards de dollars. Le hausse des ventes sur les solutions cloud (+ 88 %) et serveur (+ 4 %) compense la baisse enregistrée sur les licences en volume (- 7 %) et sur les offres Office, qui pâtissent du ralentissement des ventes de PC sur le marché mondial (- 11,6 % au dernier pointage d’IDC).

Crédit photo : TonyV3112 – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur