Résultats Microsoft : Surface et cloud-dépendance

CloudMobilitéPoste de travail
resultats-microsoft-t3-2016
4 3

Le cloud Azure prend encore de l’importance dans l’activité de Microsoft. La dynamique est bien moins favorable sur d’autres segments.

Que serait Microsoft sans son cloud ?

La question se pose à la lecture des résultats financiers de la firme pour le 3e trimestre de son exercice fiscal décalé, correspondant à la période du 1er janvier au 31 mars 2016.

Avec des facturations en hausse de 120 % d’une année sur l’autre (à taux de change constant), l’offre Azure y est pour beaucoup dans la légère augmentation du chiffre d’affaires global : + 2 %, à 22,067 milliards de dollars.

La gamme Surface y participe également, dans une moindre mesure, avec des ventes en hausse de 61 % sur un an, à 1,11 milliard de dollars. Microsoft n’aborde cependant pas la répartition de ces revenus entre les tablettes, le convertible Surface Book et les accessoires.

Le groupe passe par ailleurs très rapidement sur la partie smartphones, dont le CA continue de baisser, et nettement : – 46 % à taux de change constant par rapport au 3e trimestre de l’exercice précédent, avec des volumes de ventes en recul de… 73 % (2,3 millions de Lumia écoulés).

Azure plus dynamique qu’Office

L’activité « More Personal Computing », dans laquelle sont inclus les terminaux mobiles, progresse néanmoins, à 9,458 milliards de dollars de chiffre d’affaires (+ 1 %), pour un résultat d’exploitation de 1,65 milliard (+ 57 %). Notamment grâce au business publicitaire, en croissance de 18 % hors commissions reversées aux partenaires. L’effet, selon Microsoft, d’une « meilleure intégration de Bing dans Windows 10 ».

Sur la partie « Productivité », les revenus sont tout juste stables (+ 1 %, à 6,522 milliards de dollars). Si l’adoption d’Office 365 reste vive en entreprise, avec un niveau de recrutement en hausse de 57 %, elle ralentit sur l’offre grand public (+ 1,6 million d’abonnés, portant la base à 22,2 millions), dont le chiffre d’affaires augmente toutefois de 3 %.

Pour ce qui est de l’activité « Intelligent Cloud » (+ 3 % de CA à 6,096 milliards de dollars), on relèvera ces 10 milliards de dollars de revenus qu’Azure vient d’atteindre sur 12 mois glissants. Microsoft vise le double pour 2018.

De Nokia à Lumia

Côté dépenses, les investissements en commercial/marketing (3,406 milliards de dollars) ont diminué avec la nouvelle orientation stratégique sur le marché des smartphones. Ils sont restés stables en R&D (2,98 milliards).

Autre variation d’une année sur l’autre : il n’y a plus ces charges de restructuration associées à l’intégration de l’activité « Terminaux & Services » de Nokia (plus de 19 000 postes supprimés à cette occasion).

Pour autant, le résultat d’exploitation stagne, à 6,828 milliards de dollars, tandis que le résultat net est en baisse de 3 %, à 4,973 milliards de dollars, soit 62 cents par action.

Microsoft évoque un manque à gagner de 443 millions de dollars lié à l’évolution du cours du dollar, tout en précisant que son taux d’imposition moyen a augmenté, à 24 %, à cause d’une « évolution de la répartition géographique » de ses revenus. Pendant le trimestre, 6,4 milliards de dollars ont été octroyés aux actionnaires, sous forme de dividendes (2,8 milliards) et de rachats de titres (3,6 milliards).

Crédit photo : photogearch – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur