Résultats Rakuten : entre incertitude et innovation

Régulations
resultats-rakuten

Au sortir d’un 1er semestre 2014 marqué par de lourds investissements consentis pour élargir sa palette d’activités dans un contexte économique délicat, Rakuten accuse un recul annuel de son bénéfice net.

Croissance des activités télécoms et cloud, essor du commerce électronique… et versatilité des bénéfices tirés des services financiers dans un contexte économique toujours incertain : Rakuten se trouve dans une période charnière illustrée par ses derniers résultats semestriels.

Entre le 1er janvier et le 30 juin 2014, le géant japonais des services en ligne, propriétaire de PriceMinister en France, a réalisé un chiffre d’affaires de 276,6 milliards de yens (environ 2 milliards d’euros), en hausse de 14,8% sur un an. Mais son bénéfice net chute de 9,5%, à 23,346 milliards de yens (170 millions d’euros), soit 17,49 yens par action (12 centimes d’euro en non dilué – voir la synthèse des résultats au format PDF).

L’enveloppe record consacrée aux acquisitions stratégiques n’y est pas étrangère. Illustration avec les quelque 660 millions d’euros investis en début d’année dans le rachat de Viber, du nom de cette application de messagerie instantanée et de voix sur IP développée par une entreprise basée à Chypre. Depuis lors, l’audience a “augmenté de presque 50%” pour dépasser les 600 millions d’utilisateurs, selon Hiroshi Mikitani, P-DG de Rakuten.

Devenue une filiale autonome du groupe nippon, Viber contribue à la progression des revenus issus des outils de télécommunication. Lesquels ont généré, en y associant les offres cloud, un CA en hausse de 33,4% sur un an, à 156 millions d’euros, pour un bénéfice net de 15 millions (+25,7%).

La contribution de cette activité reste toutefois bien inférieure à celle des services Internet : 1,2 milliard d’euros de ventes (+16,9%), avec une forte demande sur le marché japonais, essentiellement pour la location de voitures et le support client. Au cours du semestre, Rakuten a également amélioré ses offres sur smartphones et tablettes tout en mettant en avant sa plate-forme e-commerce Ichiba et ses technologies marketing exploitant le big data. En dépit des perspectives encore floues dans les pays à économie émergente, le business a été dopé par l’expansion rapide du marché des biens technologiques : on compte désormais près de 3 milliards d’internautes dans le monde.

C’est sur les services financiers que la situation est plus tendue. Parmi les points positifs, le nombre de détenteurs de la carte de paiement Rakuten a augmenté, tout comme le volume global de transactions (+43%) et de commissionnements liés aux soldes impayés. Mais le ralentissement des échanges boursiers impacte les solutions de gestion et de sécurité financière, limitant à 13,6% le hausse du CA (807 millions d’euros)… et entraînant une baisse annuelle du bénéfice net (-4,2%, à 150 millions de yens). Rakuten termine tout de même le semestre avec des liquidités à hauteur de 3 milliards de dollars, ses activités ayant généré, entre le 1er janvier et le 30 juin, 327 millions d’euros de cash flow.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous au point sur les solutions e-commerce ?

Crédit photo : Gil C – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur