Résultats Seagate : une transition lucrative vers le cloud

Data-stockageRégulationsStockage
resultats-seagate-t3-2014

En multipliant les points d’entrée dans le data center, Seagate parvient à stabiliser sa part de marché et à compenser la réduction de ses marges sur le poste de travail.

Les marchés ont positivement accueilli l’annonce des résultats financiers de Seagate pour le 1er semestre de son exercice fiscal 2015, achevé le 3 octobre dernier.

Quand bien même ses marges continuent de se contracter avec la baisse des prix du stockage magnétique, l’industriel californien commence à ressentir les effets du redéploiement de sa stratégie sur trois segments-clés : la vidéosurveillance, les solutions analytiques et les déploiements cloud en entreprise.

A 3,79 milliards de dollars, le chiffre d’affaires augmente de 8,5 % d’une année sur l’autre, surpassant les attentes des analystes. En normes non-GAAP, c’est-à-dire en excluant les charges exceptionnelles liées notamment aux opérations de restructuration, le bénéfice net s’élève à 453 millions de dollars, soit 1,34 dollar par action (contre 1,29 dollar il y a un an).

Avec 59,5 millions de disques livrés sur le trimestre pour un volume total de 60 exaoctets, la capacité moyenne par support dépasse pour la première fois le seuil du téraoctet. En revanche, le prix par unité passe de 62 à 60 dollars en un an. L’indicateur stable, c’est la part de marché mondiale du constructeur, estimée à 40 %.

Au regard des 140 millions de dollars versés en dividendes, des 183 millions supplémentaires engagés dans un programme de rachat d’actions et du recrutement de plusieurs pointures dans le domaine du stockage, Seagate dispose encore d’une trésorerie de 2,19 milliards de dollars au 3 octobre 2014 (contre 2,63 milliards trois mois plus tôt). Une partie des investissements à venir sera concentrée sur l’intégration des actifs hérités du rachat d’une partie du portefeuille technologique d’Avago, spécialiste des contrôleurs SSD.

Pour couvrir le segment du poste de travail, Seagate capitalise sur ses solutions hybrides SSHD, qui associent technologies mécaniques et mémoire Flash. Plus de douze millions de ces disques ont été écoulés depuis le lancement des premiers modèles en 2007. La logique n’est pas la même sur le marché des entreprises : face à la multiplication des données non structurées, Seagate mène une course à la densité illustrée cet été par le lancement d’un disque dur 3,5 pouces de 8 To.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : les périphériques de stockage, ça vous connaît ?

Crédit photo : Biehler Michael – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur