La sortie de Bourse de Cegid se confirme

BourseCloudEntreprise
cegid-changement-actionnaire

Actionnaires de référence de Cegid, les fonds Silver Lake Partners et AltaOne Capital auront toute latitude pour extraire l’éditeur logiciel de la Bourse.

Le processus de retrait de la Bourse de Cegid est sur le point de s’achever.

Après l’avis rendu par l’Autorité des marchés financiers pour conformité, l’offre publique d’achat simplifiée de Claudius France sur l’éditeur de logiciels installé à Lyon est ouverte du 6 au 20 juillet inclus.

De manière concomitante, l’éditeur organisait une convention clients et partenaires à Monaco entre le 5 et 6 juillet.

Cela fait un an que les manœuvres ont démarré pour prendre possession de Cegid. Derrière Claudius France figurent deux fonds d’investissement anglo-saxons : Silver Lake Partners (partenaire de Mickael Dell pour le contrôle d’EMC) et AltaOne Capital.

Ce véhicule d’investissement, apparu dans le capital de Cegid à partir de juillet 2016, possède plus de 90% du capital de l’éditeur de logiciel de gestion. Mais le seuil atteint (moins de 95%) ne leur suffisait pas pour envisager un retrait de la cote.

Le 18 mai, en qualité de premier actionnaire de Cegid, Claudius France a lancé une nouvelle OPA pour s’emparer d’un lot d’actions qui permettra de dépasser cette obstacle, soit 7,87% du capital, au prix de 86,25 euros par action (contre 85 euros par action initialement).

Le mois dernier, la structure d’investissement de Silver Lake Partners et AltaOne Capital a obtenu au total 5,05% d’engagements d’apport de la part de quatre sociétés actionnaires minoritaires de Cegid (Kirao, Amplegest, HMG et Financière Tiepolo).

Transfert de siège

Le binôme de fonds d’investissement anglo-saxons devrait parvenir à ses desseins en déconnectant Cegid de la Bourse, plus de trente ans après sa mise sur le marc hé.

La création de Cegid remonte à 1983. Trois ans plus tard, la société était introduite en Bourse.

Jean-Michel Aulas, fondateur de Cegid, conserve le titre de président du conseil d’administration de la société d’édition logicielle de gestion pour les entreprises.

Récemment, le siège social a été transféré aux Pays-Bas. Jean-Michel Aulas préfère parler de “transfert du siège administratif”, selon Lyon Capitale.

Objectif du mouvement corporate : donner à Cegid “le cadre financier, juridique et réglementaire, ainsi que l’environnement économique, optimal afin de poursuivre la croissance à l’internationale et sa stratégie de croissance externe”.

Quant à son ex-bras droit Patrick Bertrand (qui a quitté le groupe Cegid à la fin du premier trimestre 2017 selon Silicon.fr), il a récemment rejoint le Conseil de Surveillance d’Alila, le spécialiste lyonnais du logement conventionné et intermédiaire, selon Lyonpoleimmo.com. Tout en gardant un pied dans l’écosystème numérique à la présidence de l’association Lyon French Tech.

(Crédit photo : @CegidGroup)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur